Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Les marchés mondiaux ont pour la plupart connu des gains au lendemain d'une journée de records à Wall Street.

Les marchés mondiaux ont pour la plupart connu des gains modestes au lendemain d’une journée de records à Wall Street, peu après l’investiture du président Joe Biden.

La Bourse de New York se dirigeait vers une ouverture en hausse, jeudi matin, après avoir atteint de nouveaux records la veille. 

Vers 7h15, les contrats à terme sur le S&P 500 gagnaient 9 points, ou 0,23%, à 3 854 points. Ceux du Dow Jones avançaient de 61 points, ou de 0,2%, à 31 157 points, tandis que ceux du Nasdaq augmentaient de 54 points, ou de 0,41%, à 13 348 points.

En Europe, les marchés étaient à la hausse à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 gagnait 15 points, ou 0,23%, à 6 755 points. À Paris, le CAC 40 augmentait de 29 points, ou de 0,53%, à 5 628 points, tandis qu’à Francfort, le DAX avançait de 73 points, ou de 0,53%, à 13 994 points.

La Bourse de Tokyo est repartie à la hausse jeudi, encouragée par les nouveaux sommets atteints à Wall Street la veille, tandis que Hong Kong a repris son souffle après cinq séances dans le vert. 

L’indice Nikkei de la capitale nippone a progressé de 0,82%, à 28 756, points tandis que l’indice élargi Topix a pris 0,6% à 1 860 points. 

Les annonces de la Banque du Japon (BoJ) à la mi-journée ont laissé les investisseurs à Tokyo plutôt indifférents. Sans surprise, l’institution a maintenu sa politique monétaire inchangée, et elle a légèrement abaissé ses attentes concernant le PIB nippon pour l’exercice en cours 2020/21, alors que la pandémie est en pleine recrudescence au Japon. La BoJ s’est cependant montrée plus optimiste concernant la croissance sur les exercices 2021-2022 et 2022-2023. 

À Hong Kong, les prises de bénéfices encouragées par les gains des derniers jours ont pesé sur l’indice Hang Seng, qui s’est finalement replié de 0,12% à 29 927 points, après avoir brièvement dépassé le cap symbolique des 30 000 points pour la première fois depuis avril 2019.

L’indice composite de Shanghai a progressé de 1,07% à 3 621 points et celui de Shenzhen est monté de 1,53% à 2 449 points.

 

Le contexte

Les grands indices de Wall Street ont atteint mercredi de nouveaux records, le moral des investisseurs américains étant au beau fixe avec la perspective d’un nouveau plan de relance massif aux Etats-Unis et plusieurs bons résultats d’entreprises.

Après quatre années sous la présidence de Donald Trump et en l’absence de ce dernier lors de la cérémonie au Congrès, Joe Biden a été investi 46e président des États-Unis. 

La mise en place d’une nouvelle administration américaine est synonyme, pour le marché, du déploiement d’un ambitieux plan de relance budgétaire d’urgence de 1 900 milliards de dollars supplémentaires pour faire face à l’impact de la pandémie. 

Après le statu quo de la Banque du Japon, les yeux vont se tourner en début d’après-midi vers la Banque centrale européenne (BCE), qui devrait elle aussi conforter ses mesures de soutien monétaire à l’économie.

«Après l’arsenal de mesures annoncées le mois dernier, la BCE devrait faire une pause. Rappelons que l’enveloppe du programme (traditionnel de rachats d’actifs) de QE a été portée à 1 850 milliards d’euros et sa durée a été prolongée jusqu’à mars 2022, parmi d’autres mesures», souligne Tangi Le Liboux, un analyste du courtier Aurel BGC.

Néanmoins, «des informations sur la suite des actions de l’institution monétaire pourraient filtrer», complète pour sa part John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

Sur le plan sanitaire, les Vingt-Sept tiennent un nouveau sommet européen par visioconférence à 18 heures (midi au Québec), où seront à l’ordre du jour riposte aux nouveaux variants du coronavirus, accélération de la vaccination et mise en place d’un certificat commun.  

 

Du côté du pétrole

Le marché du pétrole était dans le rouge, après avoir encore légèrement grimpé la veille en surfant toujours sur les espoirs d’une reprise de la demande mondiale d’or noir cette année.

Vers 7h15, le prix du baril américain de WTI diminuait de 0,43%, à 53,08 $US et celui du baril de Brent de la mer du Nord perdait 0,48%, à 55,81 $US.