Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 15 avril 2024

«La Chine inquiète encore.»

Wall Street pointe vers une ouverture en repli jeudi après divers signaux inquiétants en provenance de Chine qui altèrent l’optimisme sur les discussions commerciales sino-américaines qui viennent de s’achever.

Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,42% à 23 729 points selon les contrats à terme. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,62 % %, à 6563,75 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,56% à 2568 points.

Contexte

«La Chine inquiète encore», soulignent les analystes du courtier Aurel BGC.

Le «mauvais signal» a été envoyé par les ventes de voitures neuves en Chine, ont-ils précisé. Elles ont reculé en 2018, pour la première fois en 20 ans, en raison de la guerre commerciale avec les États-Unis qui a entamé la confiance des consommateurs et de la décision du gouvernement de Pékin de mettre un frein au financement.

«La nette décélération de la hausse des prix en Chine n’est pas un signal économique encourageant» non plus, ajoutent-ils. La progression de 0,9% est la plus faible en deux ans, et nettement inférieure aux prédictions des analystes.

«Mais surtout, l’optimisme quant à l’évolution des relations sino-américaines devrait commencer à faiblir, maintenant que la session de négociation s’achève», soulignent les experts. Ils estiment que «les investisseurs vont maintenant attendre du concret afin de déterminer si Washington et Pékin peuvent réellement s’entendre».

À l’étranger

La Bourse de Hong Kong était en légère hausse jeudi à la clôture, mais Shanghai et Shenzhen reculaient après la fin des négociations commerciales entre Pékin et Washington qui ont permis de «poser les bases» d’un accord, mais sans annonce concrète.

Les trois jours de négociations commerciales à Pékin entre émissaires chinois et américains ont permis de «poser les bases» d’un accord selon le ministère chinois du Commerce.

Donald Trump avait quant à lui tweeté pour signifier que les discussions se passaient «très bien».

Ces signaux positifs ont ramené un certain optimisme sur les marchés financiers, alarmés ces derniers mois par la perspective d’une longue guerre commerciale entre les deux plus grandes économies du monde.

«Ces résultats correspondent aux attentes, il s’agissait de discussions préliminaires qui pourraient ouvrir la voie à une annonce plus significative à Davos pendant l’intervention du président Trump», prédit Stephen Innes, analyste pour Oanda.

Le compte-rendu de la Banque centrale américaine (Fed) qui devrait décider d’adopter une attitude plus «patiente» sur les taux cette année, a également décrispé les marchés.

«Je suis contente de voir qu’il y a de la prudence dans les minutes. Cette prudence est justifiée par le fait que la Fed va adapter sa politique aux données économiques et qu’il y a donc des alternatives envisagées», aux hausses de taux, s’est réjouie Alicia Levine, analyste stratégique à BNY Mellon Investment Management, sur Bloomberg TV.

Du côté des valeurs, le secteur énergétique était en hausse après la confirmation que l’Arabie saoudite va réduire ses exportations de pétrole ce qui soutient le cours de l’or noir.

À l’agenda

Sur le plan de la politique monétaire, les propos du patron de la banque centrale américaine Jerome Powell seront scrutés jeudi par les investisseurs. Ses commentaires apaisants de la semaine dernière avaient ramené un certain optimisme sur les marchés financiers.

En revanche, le compte-rendu de la réunion de politique monétaire de décembre de la Banque centrale européenne «ne devrait pas susciter un intérêt majeur, étant donné que la politique monétaire en zone euro est sur pilote automatique», estime Aurel BGC.