Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 08/06/2016 à 07:03, mis à jour le 08/06/2016 à 08:12

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 08/06/2016 à 07:03, mis à jour le 08/06/2016 à 08:12

1-Les Bourses américaines pointent vers une ouverture en hausse mercredi, dans une séance allégée en données économiques, tandis que le prix du baril de pétrole repasse la barre des 51$US pour la première fois depuis juillet dernier.

2-Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq s'élèvent de respectivement 0,21%, 0,21% et 0,20% selon les négociations sur les contrats à terme peu après 8h. Le baril de pétrole brent, la référence au Québec, prend 1,36% à 52,14$US.

3-À l'étranger, les marchés asiatiques ont terminé sur une note contrastée. Le Nikkei de Tokyo a monté de 0,93%, mais les indices de Shanghai et de Hong Kong ont laissé tomber 0,32% et 0,14% respectivement.

À la mi-séance en Europe, les marchés battent en retraite. Le CAC 40 de Paris baisse de 0,38%, le DAX de Francfort se replie de 0,48% et le FTSE 100 de Londres échappe 0,03%.

4-À l'agenda économique, les investisseurs surveilleront les mises en chantier de mai au Canada. En moyenne, les économistes s'attendent à un taux annualisé de 190000 nouvelles constructions. Le nombre de permis de bâtir délivrés en avril au Canada sera également dévoilé. Le calendrier est dépourvu d’événements aux États-Unis.

5-Parmi les titres en action mercredi, la chaîne de magasins de produits bon marché Dollarama(Tor., DOL) a dévoilé un bénéfice supérieur aux prévisions à son premier trimestre 2017. La société montréalaise a enregistré un bénéfice de 0,68$ par action, tandis que les analystes s’attendaient à un bénéfice de 0,62$ l'action. La société tient aussi son assemblée annuelle à Montréal 9h. Lisez notre texte sur les résultats.

Peter Sklar, de BMO Marchés des capitaux, approfondie l’évaluation d’une offre potentielle d’Alimentation Couche-Tard(Tor., ATD.B pour CST Brands(NY., CST). Selon l’analyste, il y a deux raisons pour lesquelles la direction de la chaîne lavalloise accepterait d’étirer le multiple qu’elle paye pour ses acquisitions de 7 à 8 le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement, à 10 fois pour CST Brands. L’une de ces raisons est la valeur de l’immobilier de CST, qui pourrait être monétisée. L’autre raison: Couche-Tard pourrait rendre CST plus rentable en réalisant des synergies et en apportant ses meilleures pratiques. Disciplinée, la direction de Couche-Tard ne devrait pas débourser plus de 43$ par action pour CST, selon M. Sklar. Il laisse sa cible pour Couche-Tard à 69$ et sa recommandation à surperformance.

Maher Yaghi, de Desjardins Marchés des capitaux, revient sur les résultats du quatrième trimestre de Mediagrif(Tor., MDF), dévoilés après la fermeture des marchés hier. Les revenus de 18,8M$ ont été supérieurs à la prévision moyenne de 18,1M$ des analystes, mais le bénéfice par action ajusté de 0,16$ est nettement inférieur aux attentes de 0,27$ par action. L’analyste réitère sa recommandation d’achat pour le titre et sa cible de 21$. L’analyste croit que l’entreprise se négocie à un multiple d’évaluation attrayant.

Chris Cox, de Raymond James, revient sur l’annonce de Suncor(Tor., SU) de receuillir 2,5 milliards de dollars grâce à une émission d’actions. La vente de 71,5 millions d’actions à un prix de 35$ permettra à la société de financer l’acquisition précédemment annoncée de Syncrude Project et lui donne des munitions pour réaliser d’autres emplettes. L’analyste répète sa recommandation de superformance pour le titre, mais fait passer sa cible de 43$ à 42$.

Au sud de la frontière, Alphabet(Nasdaq, GOOG), société mère de Google, tient son assemblée annuelle des actionnaires.

À suivre dans cette section

À la une

Lion livrera 60 autobus scolaires électriques à Autobus Séguin

Ce serait la plus importante commande du genre en Amérique du Nord selon l'entreprise.

Sur le banc des pénalités, Couche-Tard est bon marché

BLOGUE. Tous se demandent quelle autre filière Couche-Tard a choisie en tant qu’avenue de croissance complémentaire.

Le Conseil du patronat veut «éliminer les interventions de la santé publique»

Il demande plus de pouvoirs pour les employeurs dans un régime de santé et sécurité au travail jugé trop généreux.