Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 17/10/2017 à 06:29, mis à jour le 17/10/2017 à 09:58

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 17/10/2017 à 06:29, mis à jour le 17/10/2017 à 09:58

L'indice Dow Jones se situe tout près d'un nouveau seuil, à 23000.

1. Contexte

À première vue, ce ne sera pas mardi que l'indice Dow Jones atteindra le seuil des 23000. Les Bourses américaines se dirigent vers une ouverture en légère baisse, tandis que plusieurs sociétés phares dévoilent leurs résultats trimestriels et que Boeing pourrait peser sur le Dow Jones après l'entente conclue entre Bombardier et Airbus.

2. Prévisions

Les contrats à terme, qui donnent la tendance avant l'ouverture officielle des Bourses, reculent de 0,04% pour le S&P 500 et le Nasdaq. Ceux sur le Dow Jones sont en hausse de 0,02%.

Le prix du Brent, la référence au Québec, monte de 0,59% à 58,16$US.

3. À l'étranger

En Asie, la Bourse de Tokyo a signé mardi sa 11ème séance d'affilée dans le vert, l'optimisme des investisseurs sur les résultats trimestriels des entreprises japonaises et sur les perspectives de l'économie américaine ayant compensé des craintes de surchauffe. L'indice Nikkei a ainsi terminé avec un gain de 0,38%. La Bourse de Hong Kong est demeurée pratiquement stable, tandis que Shanghai a reculé de 0,15%.

En Europe à la mi-journée, les indices évoluent en directions opposées. L'indice parisien CAC 40 se déleste de 0,03%, le DAX de Francfort est au neutre et le FTSE 100 de Londres prend 0,13%.

«Aucun changement de tendance notable sur l'indice parisien qui s'inscrit durablement dans une zone de consolidation horizontale (entre 5340 et 5380 points) marquant ainsi son indécision», ont résumé les gérants de Barclays Bourse.

«Pourtant, l'actualité est dense» avec notamment un «bras de fer (qui) se poursuit entre Madrid et Barcelone», mais à part l'indice madrilène Ibex, «les marchés sont actuellement inébranlables», ont également noté les analystes de Aurel BGC.

La Catalogne reste en effet une source d'attention. Des manifestations y sont annoncées mardi pour protester contre le placement en détention de deux importants dirigeants indépendantistes inculpés de sédition par la justice espagnole.

Du côté des indicateurs, l'inflation en zone euro a été confirmée à 1,5% en septembre et le moral des investisseurs allemands s'est encore amélioré en octobre.

4. Agenda

Le calendrier est bien garni en ce mardi aux États-Unis. On attend les prix des exportations et des importations de septembre, ainsi que la production industrielle et le taux de capacité de production du même mois. Également à l'agenda, l'indice NAHB des constructeurs de maisons d'octobre et les achats étrangers de valeurs mobilières d'août.

Au Canada, la prochaine statistique sera dévoilée mercredi.

5. Titres en action

Tout comme la veille, le titre de Bombardier(BBD.B) sera le principal titre dans la mire des investisseurs aujourd'hui. La multinationale montréalaise a cédé le contrôle de la CSeries à Airbus. À lire, le blogue de François Pouliot à ce sujet. Par ailleurs, Raymond James ajoute le titre de Bombardier à sa liste de titres favoris, au lendemain de l'union entre l'avionneur montréalais et le géant européen. L'analyste Steve Hansen voit plusieurs éléments positifs pour Bombardier dans cette entente, dont un programme de commercialisation accéléré, des coûts de production réduits et une probabilité accrue que l'entreprise dégage des liquidités excédentaires de ses activités à la fin de 2018.

Par ailleurs, le titre de Boeing(BA, 259,75$US) risque de réagir aussi à cette transaction, car il subirait des conséquences négatives de cette alliance entre Bombardier et Airbus.

Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, amorce le suivi de la société montréalaise Stella-Jones(SJ, 48,49$) avec une recommandation surperformance et une cible de 56$. L’analyste prévoit que les acquisitions vont alimenter la croissance ces bénéfices, tandis que l’amélioration des éléments fondamentaux devrait inciter les investisseurs à accorder au titre un ratio cours/bénéfice plus généreux.

Le propriétaire des Rôtisseries St-Hubert, Entreprises Cara(CARA, 24,74$) vient de réaliser une petite acquisition, Pickle Barel Group of restaurants. L’exploitant de 12 établissements et d’un service de traiteur génère des revenus annuels de 50M$ dans la grande région de Toronto. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. George Doumet, de Banque Scotia, voit la transaction d’un oeil positif. Il laisse sa recommandation pour le titre à surperformance et sa cible à 31,50$.

Netflix(NFLX, 205,78$US) se négocie à un nouveau sommet dans les transactions précédant l'ouverture officielle, après que le chef de file du divertissement en ligne eut dévoilé un nombre supérieur aux attentes de nouveaux abonnés à son troisième trimestre. Mark S.F. Mahaney, de RBC Marchés des capitaux, fait passer sa cible pour le titre de 210$US à 250$US.

À la une

Minéraux critiques et stratégiques: attention aux angles morts

30/10/2020 | François Normand

ANALYSE — L'implantation d'un grand constructeur de voitures électriques au Québec serait un «game changer».

Bourse: Wall Street termine son pire mois depuis mars

Mis à jour le 30/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine dans le rouge vendredi pour son avant-dernière séance avant l’élection.

Titres en action: Shaw, Impériale, Colgate-Palmolive, Chevron...

Mis à jour le 30/10/2020 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.