Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 25/09/2017 à 06:30, mis à jour le 25/09/2017 à 07:36

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 25/09/2017 à 06:30, mis à jour le 25/09/2017 à 07:36

Photo: Gettyimages

1. Contexte


Wall Street est en voie d’amorcer la semaine en légère baisse, les investisseurs saluant d’un côté la réélection d’Angela Merkel à titre de chancelière de l’Allemagne, mais renouant avec les craintes associées aux tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis.


Le département de la défense américain a indiqué ce week-end que des bombardiers avaient survolé la mer du Japon à l’est des côtes de la Corée du Nord.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq laisse tomber respectivement 0,06%, 0,06% et 0,08% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, passe la barre des 57$US, grâce à un gain de 0,74%.


3. À l'étranger


En Asie, la Bourse de Hong Kong a fini en net recul, plombée notamment par les titres des sociétés immobilières qui ont été affectés par de nouvelles restrictions sur les reventes de logements dans plusieurs villes de Chine. En Chine, l'indice composite de Shanghai a abandonné 0,33%. À l'inverse, la Bourse de Tokyo s'est hissée de 0,50%, aidée par un nouvel affaiblissement du yen face au dollar.


En Europe à la mi-séance, les indices sont plutôt en baisse. Le CAC 40 de Paris laisse tomber 0,28%, le et le FTSE 100 de Londres se replie de 0,26%. Seul l'indice DAX de la Bourse de Francfort est en hausse, de 0,14%, au lendemain de la victoire d'Angela Merkel aux élections législatives.


La croissance de l'activité privée dans la zone euro s'est accélérée en septembre, affichant son plus fort taux depuis mai, une surprise pour les analystes, selon des données publiées vendredi.


«Comme escompté, la chancelière Merkel a certes remporté l'élection, mais la soirée électorale n'a pas été exempte de surprises», dit Milan Cutkovic, analyste d'AxiTrader. Les médias allemands étaient sous le choc lundi matin après la percée de la droite nationaliste et anti-immigration de l'AfD, qui siègera pour la première fois à la chambre des députés.


4. Agenda


L’agenda économique est dégardi tant au Canada qu’aux États-Unis. Les investisseurs vont néanmoins suivre les discours de William Dudley, préfisent de la Réserve fédérale de New York, ainsi que celui de Charles Evans, de la Réserve fédérale de Chicago.


5. Titres en actions



ProMetic(Tor., PLI) a annoncé avoir reçu le feu vert de la Food & Drug Administration(FDA) afin de débuter son étude clinique pivot de phase 2/3 pour son médicament PIB-4050 destiné aux patients souffrant de fibrose pulmonaire idiopathique, une maladie chronique qui mène ultimement à la mort par une diminution progressive de la fonction pulmonaire. Cette maladie touche particulièrement les fumeurs. Elle touche 130000 personnes aux États-Unis.


Paul C. Quinn, de RBC Marchés des capitaux, fait bondir sa cible pour le titre de Norbord(Tor., OSB) de 50$ à 58$, tout en maintenant sa recommandation titre préféré(top pick) parmi ceux qu'il suit. L'analyste attribue cette cible bonifiée à la solide demande jumelée à des prix pratiquement records des panneaux de bois OSB. Le taux d'utilisation des usines de l'industrie, de 94,7% en 2017 et de 95,3% prévu en 2018 laisse entrevoir un contexte de prix élevés au cours des prochaines années, dit l'analyste. L'action de Norbord a déjà gagné 44% cette année.


Boralex(Tor., BLX) va-t-elle bientôt relever son dividende? Le producteur d’énergie affiche un des taux de dividende les plus faibles parmi les sociétés comparables de son industrie, dit Rupert M. Merer, de la Financière Banque Nationale. Avec un ratio de paiement de 53% d’ici 2018, Boralex a la capacité d’accroître son dividende tout en préservant suffisamment de liquidités excédentaires. L’analyste souligne aussi dans une note le potentiel de croissance de Boralex en France, pays qui pourrait devenir un chef de file de l’énergie éolienne d’ici 2030. La France est présentement quatrième sur le plan de la puissance installée, derrière l’Allemagne, l’Espagne et la Grande-Bretagne. L’analyste laisse sa recommandation pour le titre à surperformance et sa cible à 24$.


Gerrick L. Johnshon, de BMO Marché des capitaux, fait à son tour le point sur les perspectives du fabricant de véhicules récréatifs BRP(Tor., DOO) après avoir assisté à l’événement destiné aux concessionnaires et aux analystes. La brève présentation faite aux analystes réitère l’objectif de l’entreprise de Valcourt d’atteindre 6G$ de revenus d’ici l’exercice 2021. L’analyste a relevé ses prévisions financières pour les exercices 2019 et 2020 et fait passer sa cible de 46$ à 50$. Sa recommandation reste à surperformance.


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour le 20/11/2017

Wall Street au neutre, consommation record d'essence aux États-Unis et deux occasions à contre-courant?

10 choses à savoir vendredi

17/11/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Ce Québécois parmi les 30 Under 30 de Forbes, un train japonais inspirant pour la STM, ces rues blanches à Montréal?

À la une

Les montréalais forcés de quitter l'île pour acheter une maison?

Mis à jour il y a 6 minutes | Joanie Fontaine

BLOGUE. La maison avec terrain en banlieue ou le condo sur l'île...voici ce que choisissent les montréalais.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

20/11/2017 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

20/11/2017 | lesaffaires.com

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.