Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 01/06/2017 à 06:04, mis à jour le 01/06/2017 à 08:31

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 01/06/2017 à 06:04, mis à jour le 01/06/2017 à 08:31

Par lesaffaires.com

Photo: Shutterstock

1-Après un mois de mai positif, les Bourses américaines vont amorcer juin sur une note hésitante, tandis qu'une avalanche de données économiques seront dévoilées en cours de journée.


2-Les indices S&P 500 et Nasdaq montent de 0,06% et 0,15%, mais le Dow Jones recule de 0,02% dans les négociations précédant l'ouverture officielle. Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, est stable à 50,76$US.


3-À l’étranger, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en nette hausse de 1,07% jeudi, après quatre séances négatives, dopé par une augmentation des dépenses d'investissement des entreprises au Japon au 1er trimestre. L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a gagné 0,49%, tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai a cédé 0,5%.


En Europe à la mi-séance, les principaux indices sont en forme! La Bourse de Paris mène la charge avec un gain de 0,76%, suivi de la Bourse de Londres(+0,40%) et celle de Francfort(+0,36%). 


«Le sentiment des investisseurs s'améliore sur fond de statistiques rassurantes et du rebond des cours du pétrole», dit dans une note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.


«C'est donc une nouvelle séance qui restera guidée par les indicateurs des deux côtés de l'Atlantique, dont on attend enfin qu'ils viennent interrompre cette série de six séances consécutives de baisse», a ajouté le spécialiste.


La croissance du secteur manufacturier en zone euro a continué d'accélérer en mai, au plus haut depuis près de six ans, selon l'indice PMI publié par le cabinet Markit.


En France, la croissance du secteur manufacturier est aussi restée soutenue en mai, à la faveur d'une hausse de la production et du volume des nouvelles commandes.


4-L'agenda économique est très garni aujourd'hui aux États-Unis. Il y aura publication des demandes initiales d'assurance-chômage, des coûts unitaires de main-d'oeuvre et de la productivité du premier trimestre, des dépenses de construction d'avril, de l'indice ISM manufacturier et des ventes automobiles de mai.


En revanche, au Canada, il faudra attendre à vendredi pour d'autres statistiques.


5-Parmi les titres en action,


Uni-Sélect(Tor., UNS) a annoncé ce matin une acquisition qui transforme profondément son profil. Elle a conclu une entente en vue d’acheter The Parts Alliance, deuxième plus grand distributeur indépendant de produits automobiles du Royaume-Uni. La valeur de la transaction est de 265M$US. Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, qualifie cette transaction de «transformatrice» pour l’entreprise de Boucherville, mais attend d’autres détails avant de modifier sa recommandation neutre pour le titre et sa cible de 38$.


BRP(Tor., DOO) a dévoilé ce matin des résultats supérieurs aux attentes à son premier trimestre de 2018. L’entreprise a dégagé un bénéfice de 0,25$ par action, nettement supérieur à celui de 0,09$ l’action attendu des analystes. Les revenus ont progressé de 3% à 956M$, mais le contrôle des coûts a aidé à amélioré la rentabilité. La société a présenté une belle surprise: un premier dividende trimestriel. Il sera de 0,08$ par action, ce qui représente un rendement de 1%. BRP a aussi annoncé son intention de racheter pour 350M$ de ses actions.


Canadian Western Bank(Tor., CWB) a dévoilé ce matin un bénéfice ajusté de 0,59$ par action à son deuxième trimestre, en hausse de 44% sur la même période l’an dernier et supérieur à celui de 0,57$ l’action attendu des analystes. À souligner, la banque régionale de l’Ouest a enregistré une croissance de 5% de son portefeuille de prêts.


Le spécialiste des simulateurs de vols CAE(Tor., CAE) a dévoilé à son quatrième trimestre des résultats que Benoit Poirier, analyste de Desjardins Marché des capitaux, qualifie de décents. Le bénéfice ajusté de 0,31$ par action est supérieur à la prévision moyenne de 0,30$ des analystes. Et à 735M$, les revenus ont été plus élevés que ceux de 750M$ anticipés. M. Poirier note que les perspectives pour l’exercice 2018 s’annoncent bonnes, grâce à un carnet de commandes record et un pipeline de contrats potentiels bien garni. L’analyste réitère sa recommandation d’achat pour le titre, mais fait passer sa cible de 23$ à 25$.


Saputo(Tor., SAP) va dévoiler ses résultats du quatrième trimestre en cours de journée. Les analystes visent un bénéfice de 0,48$ par action, contre 0,41$ l’action à la même période l’an dernier.


Steven Li, de Raymond James, hausse sa cible pour le titre du fournisseur de solutions de logistique Descartes Systems Group(Tor., DSX) après que l’entreprise eut dévoilé des résultats qu’il qualifie de solides à son premier trimestre. L’entreprise a répondu aux attentes en dévoilant un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement(BAIIA) de 19M$US, en hausse de 14% sur le premier trimestre de l’an dernier. À souligner, l’entreprise a dégagé des liquidités de 15,7M$US, ce qui porte son encaisse nette à 54M$US ou 0,71$US par action. Avec 150M$ de crédit disponible, la société a plein de munitions pour poursuivre les acquisitions, note l’analyste. M. Li fait donc passer sa cible de 24,50$US à 27,50$US et réitère sa recommandation surperformance.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

Il y a 40 minutes | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.

Avantage concurrentiel (partie 2): les coûts de commutation et l’économie d’échelle.

BLOGUE INVITÉ. Est-ce un avantage concurrentiel du point de vue des banques canadiennes et de la STM?