Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 30/12/2020 à 08:50, mis à jour le 30/12/2020 à 09:06

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 30/12/2020 à 08:50, mis à jour le 30/12/2020 à 09:06

Un téléphone affiche des résultats financiers.

(Photo: Getty Images)

Les Bourses chinoises, Hong Kong en tête, ont nettement grimpé mercredi sur fond d'optimisme sur la reprise économique en 2021, tandis que Tokyo a bouclé sa dernière séance de l'année sur une petite baisse dans la foulée de Wall Street.

À New York, les indices boursiers américains se dirigent vers une ouverture en hausse. Vers 8h30, les contrats à terme sur le S&P 500 gagnaient 13 points, ou 0,35%, à 3733 points. Ceux du Dow Jones avancent de 72 points, ou de 0,24%, à 30 310 points, alors que ceux du Nasdaq progressent de 55 points, ou de 0,43%, à 12 838 points.

En Europe, les indices stagnaient à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 a baissé de 9 points, ou 0,14%, à 6593 points. À Paris, le CAC 40 a augmenté de 23 points, ou de 0,42%, à 5611 points. À Francfort, le DAX perdait 42 points, ou 0,31%, à 13 718 points.

De retour en Asie, la Bourse de Tokyo, qui sera fermée dès jeudi pour la pause du Nouvel An, a terminé sa dernière séance de 2020 en léger repli: son indice vedette Nikkei a cédé 0,45% à 27 444 points et l'indice élargi Topix a reculé de 0,8% à 1804 points. 

L'indice Hang Seng de Hong Kong a bondi de 2,18% à 27 147 points, et en Chine continentale, l'indice composite de Shanghai a pris 1,05% à 3414 points et celui de Shenzhen 1,34% à 2288 points.

 

Le contexte

À Washington le chef républicain du Sénat, Mitch McConnell, a douché les espoirs de certains investisseurs en retardant mardi un vote déterminant pour porter à 2000$ la somme forfaitaire versée aux ménages américains, contre 600$ dans le plan de relance actuel.

Cependant, sur l'ensemble de l'année écoulée, les gains du Nikkei ont été exceptionnels (+16%), portés par les énormes plans de soutien des gouvernements et des Banques centrales face à la crise mondiale provoquée par le coronavirus.

Après avoir lâché jusqu'à 30% en mars par rapport à fin 2019, le Nikkei a repris du poil de la bête et il évolue actuellement à ses plus hauts niveaux depuis 30 ans.

Du côté des valeurs

Le titre du conglomérat industriel et technologique Toshiba a perdu 0,99% à 2885 yens à Tokyo. Selon le Financial Times, son conseil d'administration s'est réuni lundi en urgence pour examiner des demandes de tenue d'assemblée générale extraordinaire de plusieurs actionnaires mécontents.

Le principal actionnaire de Toshiba, le fonds singapourien Effissimo, réclame une assemblée générale extraordinaire parce qu'il continue de contester la validité de la dernière AG ordinaire du groupe à la fin juillet, où certains votes d'actionnaires avaient été mal comptés.

Un autre de ses actionnaires, Farallon Capital, exige quant à lui des éclaircissements sur la nouvelle stratégie de croissance externe de Toshiba, qui l'inquiète vu le bilan désastreux du groupe nippon en la matière au cours des 20 dernières années.

Du côté du pétrole

Profitant toujours de la faiblesse du billet vert et du plan de relance américain, le marché du pétrole restait dans le vert: après 04h10, le prix du baril américain de WTI gagnait 0,77%, à 48,37 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,69%, à 51,44 dollars.

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

07:20 | LesAffaires.com et AFP

Les marchés mondiaux encaissent des pertes affichent leur mauvaise humeur après la remontée des taux d'emprunt.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

04/03/2021 | LesAffaires.com et AFP

Sous pression, les marchés mondiaux encaissent des pertes.

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.