Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 20/12/2018 à 06:58

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 20/12/2018 à 06:58

[Photo : 123rf]

La Bourse de New York pointe vers une ouverture en légère hausse jeudi, les investisseurs continuant de digérer les annonces de la banque centrale américaine de la veille.


Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en hausse de 0,29% à 23 341 points selon les contrats à terme. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagne 0,30 % %, à 6371,50 points. Le S&P500, quant à lui, prend 0,19% à 2509,25 points.


Wall Street a terminé en fort recul mercredi, les investisseurs estimant que le ton employé par la banque centrale américaine après une quatrième hausse cette année et un abaissement de ses perspectives pour l'an prochain n'était pas assez conciliant.


Contexte


L'institution monétaire américaine a, sans surprise, augmenté encore une fois ses taux directeurs d’un quart de point, faisant fi des pressions du président américain Donald Trump, et prévoit désormais deux hausses de taux l'an prochain au lieu de trois, malgré les inquiétudes sur la croissance.


La Fed table désormais sur une hausse du Produit intérieur brut américain de 3% cette année et de 2,3% l'an prochain, contre respectivement 3,1% et 2,5% lors de ses projections publiées en septembre. Malgré ce ralentissement en vue, elle juge toujours les risques sur les perspectives économiques «globalement équilibrés».


«Le message qu'elle envoie est que la croissance économique reste solide et que les membres du Comité monétaire (FOMC) ne sont impressionnés ni par les violents mouvements de marché de cette fin d'année ni par les tweets présidentiels» de Donald Trump opposé à un relèvement des taux, observe le courtier Aurel BGC.


«La Fed va être jugée responsable de la baisse des marchés, mais Donald Trump l'est pourtant davantage», car il «ancre l'idée que la Fed pourrait commettre une erreur de jugement», souligne-t-il.


«Là où le bât blesse, c'est que le marché attendait un signal clair et direct indiquant que la Fed allait se mettre en mode pause», explique Christopher Dembik, responsable de la recherche économique au sein de Saxo Banque.


«La réaction initiale négative du marché s’explique par un décalage entre les attentes des investisseurs et la réalité économique. Beaucoup d’intervenants de marché ont douté ces dernières séances de la possibilité même d’une hausse des taux en décembre et une plus importante proportion attendait un message allant dans le sens du statu quo monétaire en 2019», selon lui.


Dans une période compliquée, où les marchés en manque complet de visibilité sont soumis à une forte volatilité, les tentatives de rebond ont souvent été avortées au profit de simples sursauts techniques. Les analystes ne voient pas l'horizon s'éclaircir d'ici à la fin de l'année.


«À moins que les investisseurs prennent un peu de recul par rapport à ce qui s’est passé et relativisent, on peut clairement dire ce jeudi que la probabilité d’un rallye (ndlr: une reprise haussière des marchés) de Noël est proche de zéro», prévient M. Dembik.


À l’étranger


Les Bourses européennes et asiatiques décrochaient jeudi au lendemain des lourdes pertes de Wall Street provoquées par les annonces de la banque centrale américaine, mettant à mal d'éventuelles tentatives de rebond avant Noël.


Les indices européens considèrent que la Fed est allée «à l'encontre des anticipations du consensus» des analystes et qu'elle n'est «pas assez prudente» face aux incertitudes économiques, soulignent les experts de Mirabaud Securities Genève.


«Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, n'a pas réussi à rassurer les investisseurs qui craignent que le resserrement de la politique monétaire n'étouffe la croissance économique», estime Naeem Aslam, analyste de Think Markets.


«Le fait que la Fed a annoncé des hausses graduelles des taux en 2019 a suffi à écraser tout optimisme» parmi les investisseurs qui estiment que les conditions financières vont «créer de graves problèmes de liquidités», note-t-il.


À l’agenda


Les principales nouvelles macroéconomiques de la séance seront américaines avec les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et indice d'activité de la région de Philadelphie pour décembre.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

24/05/2019 | LesAffaires.com et AFP

Le Fonds monétaire international lance un sérieux avertissement aux États-Unis et à la Chine.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

23/05/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.