Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 14/03/2019 à 06:57

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 14/03/2019 à 06:57

[Photo : 123rf]

La Bourse de New York pointe vers une ouverture sous le point d'équilibre jeudi matin, dans l'anticipation d'un possible report du Brexit, les investisseurs semblant inquiétés par une statistique économique morose en Chine.


Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,26% à 25 700 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,14% %, à 7286 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,22% à 2813,25 points.


Contexte


Face à un marché optimiste depuis le début de l'année, «on peut se demander jusqu'où le rebond boursier en cours va aller dans un contexte de préoccupations sur la croissance mondiale, tandis que le président américain Trump n'est pas pressé de finaliser un accord commercial avec la Chine», souligne de son côté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.


Donald Trump a affirmé mercredi qu'il n'était «pas pressé» du tout de conclure un accord commercial avec la Chine ajoutant qu'il voulait avant tout «un bon accord».


Huit mois après le début de leur guerre commerciale, les responsables américains et chinois ont alterné entre optimisme et mises en garde sur les objectifs à atteindre.


Par ailleurs, les investisseurs semblaient s'inquiéter d'une donnée économique chinoise moins bonne qu'escompté. La hausse de la production industrielle chinoise s'est légèrement tassée en janvier-février, à 5,3% par rapport à la même période de l'an dernier, légèrement inférieure aux prévisions des économistes.


«L'incertitude est maximale sur le Brexit. La situation pourrait gagner en clarté d'ici la fin de la semaine prochaine... ou pas», a expliqué Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.


«En attendant, c'est l'expectative, mais les investisseurs parient sur une issue heureuse, c'est-à-dire l'absence d'un hard Brexit», bien que ce scénario d'un retrait britannique de l'Union Européenne (UE) sans accord ne soit pas définitivement écarté, ajoute l'analyste.


Après avoir rejeté mardi l'accord de divorce négocié entre Londres et Bruxelles, les députés britanniques ont rejeté mercredi d'extrême justesse l'option d'une sortie de l'UE sans accord.


Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report "limité" du Brexit théoriquement prévu le 29 mars.


À l’étranger


Les places boursières chinoises ont fini en ordre dispersé jeudi, Hong Kong montant légèrement tandis que Shanghai baissait fortement dans la foulée d'indicateurs chinois susceptibles d'aviver les inquiétudes sur la santé de la deuxième économie mondiale.


En dépit de gains encourageants à Wall Street, les marchés ont été déprimés par la publication de statistiques alarmantes, confirmant l'essoufflement du géant asiatique à l'heure où Pékin s'efforce à tout prix de relancer l'activité.


Sur les deux premiers mois de 2019, la hausse de la production industrielle s'est tassée à 5,3% sur un an, contre 5,7% en décembre, très en-deçà des attentes et à un niveau plus vu depuis 2009 pour cette période.


Dans le même temps, les ventes de détail, baromètre de la consommation dans le pays, ont grimpé de 8,2%, au même rythme qu'en décembre.


«Ces statistiques signifient que l'économie (chinoise) mettra du temps à rebondir, la production industrielle et la consommation demeurant sous pression», a noté Liu Peiqian, analyste du cabinet Natwest Markets cité par Bloomberg.


La prudence restait également de mise parmi les investisseurs à la veille de la clôture de la session annuelle du Parlement chinois, et dans l'attente de développements dans les négociations commerciales sino-américaines.


À contrario, en Chine continentale, la morosité plombait tous les secteurs et les analystes s'attendaient à une forte volatilité dans l'avenir proche.


«Le (récent) rebond des marchés chinois, alimenté par un afflux de capitaux, est sujet à de violentes fluctuations. Si les attentes des investisseurs changent, ne serait-ce qu'un peu, les cours peuvent être ajustés brusquement» avertit Qian Qimin, analyste de la société financière Shenwan Hongyuan.


À l’agenda


Les revendications hebdomadaires au chômage et les ventes de maisons neuves sont attendues plus tard aux Etats-Unis.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

24/05/2019 | LesAffaires.com et AFP

Le Fonds monétaire international lance un sérieux avertissement aux États-Unis et à la Chine.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

23/05/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.