Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 05/01/2018 à 06:28, mis à jour le 05/01/2018 à 08:55

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 05/01/2018 à 06:28, mis à jour le 05/01/2018 à 08:55

Photo: Shutterstock

1. Contexte

Il y a eu moins d'emplois de créés que prévu aux États-Unis en décembre. Peu importe. Après la publication des données décevantes, les indices ont accentué leur ascension dans les négociations précédant l'ouverture officielle.

2. Prévisions

Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq s'élèvent de respectivement 0,39%, 0,40% et 0,50% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.

Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, recule de 0,78% à 67,54$US.

3. À l'étranger

En Asie, la Bourse de Hong Kong a terminé en hausse vendredi pour la neuvième séance consécutive, portée par de nouveaux records à Wall Street et les entreprises du secteur pétrolier bénéficiant de la fermeté des cours du brut. La Bourse de Hong Kong a gagné 0,25%, celle de Shanghai a pris 0,20% et enfin, la Bourse de Tokyo a ajouté 0,89%.

À la mi-séance en Europe, les principaux indices poursuivent leur ascension. Le CAC 40 de Paris gagne 0,83%, le DAX de Francfort prend 1,06% et le FTSE 100 de Londres avance de 0,35%.

«Les marchés boursiers européens sont en hausse ce matin alors que la confiance des investisseurs dans le monde augmente», a jugé David Madden, un analyste de CMC Markets.

«Les bonnes statistiques aux Etats-Unis, en Chine et en Europe entretiennent la hausse des marchés mondiaux, qui profitent toujours d'un environnement particulièrement favorable, où la croissance est de plus en plus forte, auto-entretenue, mais sans tensions inflationnistes à ce stade, ce qui est idéal pour les marchés», ont abondé les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Aussi les inquiétudes autour de la forte appréciation de l'euro, qui a atteint jeudi un nouveau plus haut en quatre mois face au dollar, semblaient-elles s'estomper.

Si la vigueur de la monnaie unique face au dollar n'est, «à l'heure actuelle, pas inquiétante et reflète en grande partie les bonnes performances économiques de l'Union et les flux entrants», elle «pourrait en revanche avoir un effet délétère sur la Bourse si la tendance perdure», a toutefois estimé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

4. Agenda

Outre les données sur le marché du travail de décembre, on attend aux États-Unis les commandes manufacturières de novembre et des données sur le commerce international. L’indice PMI non-manufacturier de décembre est aussi au programme.

Au Canada, les statistiques sur le marché de l’emploi du dernier mois sont aussi attendues, tout comme les données sur le commerce international de marchandises.

5. Titres en action

L'action de Bombardier(BBD.B, 2,89$) sera à garder à l'oeil tandis que les négociations entre sa grande rivale Embraer(ERJ, 26,89$US) et Boeing(BA, 296,67$US) en vue d'un éventuel rachat de la brésilienne par l'américaine semblent vouées à l'échec. Dans une entrevue accordée au Financial Times, le ministre de la Défense brésilien, Raul Jungmann, a déclaré que son gouvernement permettrait une alliance stratégique entre les deux avionneurs, mais a écarté la possibilité que Boeing prenne le contrôle d'Embraer.

Kelly Bania, de BMO Marchés des capitaux, soumet ses premières observations à propos de la lettre ouverte envoyée par un groupe d’investisseurs activistes au conseil d’administration de l’exploitant de dépanneurs américain Casey’s(CASY, 122,70$US). Contrairement à son collègue Peter Sklar jeudi, il se montre moins convaincu que la direction de Casey’s conclura que vendre l’entreprise est le meilleur choix qui s’offre à elle pour rehausser la valeur des actionnaires. Il rappelle qu’en 2010, la direction de Casey’s a réussi à contrer une offre d’achat non sollicitée d’Alimentation Couche-Tard(ATD.B, 65,88$). Il soutient que Casey’s peut encore ajouter jusqu’à 550M$US à sa dette pour racheter de ses actions, ce qui permettrait de gonfler le bénéfice par action de 4 à 5%. Cela dit, en raison de la récente frustration des investisseurs, la direction de Casey’s pourrait être forcée de prendre des mesures plus musclées pour élever sa performance.

Endri Leno, de la Financière Banque Nationale, fait passer sa cible pour le titre du spécialiste des suppléments alimentaires Jamieson Wellness(JWEL, 22,30$) de 22,25$ à 24,75$. Plus de détails sur cette recommandation dans notre rubrique Titres à surveiller d’ici 9h.

Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, maintient sa recommandation d’achat et sa cible pour le titre de WSP(WSP, 59,70$) après que la firme montréalaise eut annoncé sont intention d’acheter le cabinet finlandais ISS Proko. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais M. Poirier estime qu’elle ajoutera de 13 à 16M$ de revenus par année. La direction de WSP a aussi mentionné que la marge bénéficiaire de l’exploitation était légèrement supérieure à celle de son industrie(environ 10%). M. Poirier voit plusieurs aspects positifs à cette acquisition, mais n’ajuste pas sa recommandation.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

À la une

Le Québec à l'origine de l'aluminium «vert»

17/06/2019 | Siham Lebiad

De l’aluminium non polluant «made in Québec» d’ici 2024? C’est le pari que s’est donné l’entreprise Elysis.

L'accès à la propriété s'améliore après un recul notable en 2018

17/06/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 2018, l'accès à la propriété a atteint un creux en 7 ans au Québec

Ottawa précise les modalités de son programme d'aide d'accession à la propriété

17/06/2019 | Martin Jolicoeur

Les prêts seront remboursables, sans intérêt, et modulables en fonction des variations de valeur de la propriété.