Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 27/02/2018 à 06:18, mis à jour le 27/02/2018 à 08:30

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 27/02/2018 à 06:18, mis à jour le 27/02/2018 à 08:30

Photo: 123rf.com

1. Contexte

Wall Street est attendue en baisse à l'ouverture mardi, avant le discours de Jerome Powell, le nouveau président de la Réserve fédérale américaine (Fed) devant les membres du Congrès.

Les investisseurs chercheront dans son discours des indices concernant le nombre de hausses des taux directeurs envisagé par l'institution pour cette année.

Ils suivront également l'audience de Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, qui sera consacrée à la situation économique.

2. Prévisions

Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq reculent de 0,16%, 0,14% et 0,16% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.

Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, se replie de 0,31% à 67,29$US.

3. À l'étranger

En Asie, la Bourse de Tokyo a enregistré sa troisième séance positive d'affilée, gagnant 1,07% sur fond de repli du yen. Les Bourses chinoises ont pour leur part terminé dans le rouge. L'indice Hang Seng de Hong Kong a fléchi de 0,73%, tandis que l'indice composite de Shanghai a glissé de 1,13%.

Les Bourses européennes sont en baisse à mi-séance. Le CAC 40 de Paris cède 0,07%, le DAX de Francfort perd 0,49% et le FTSE 100 de Londres se replie de 0,16%.

«Alors que l'économie américaine se porte bien (...) nous estimons que Jerome Powell devrait adopter une posture intermédiaire en indiquant sa volonté de poursuivre le resserrement monétaire à un rythme modéré et devrait jouer l'apaisement face au risque de surchauffe de l'économie américaine», disent les gestionnaires de Barclays Bourse.

Selon eux, «les investisseurs chercheront à travers ce discours à combien de hausses de ses taux directeurs l'institution prévoit de procéder au cours de l'année».

Du côté des indicateurs, en zone euro, la confiance économique en février a légèrement baissé, restant cependant à un niveau relativement élevé.

4. Agenda

Aux États-Unis, on attend la publication de la confiance des consommateurs (Conference Board) de février, les commandes de biens durables de janvier, ainsi que les prix des logements (SP/Case-Shiller) de décembre.

Au Canada, tous les yeux seront tournés vers Ottawa, où le budget fédéral sera présenté à 16h. Il n'y aucune statistique économique à l'agenda.

5. Titres en action

La Banque Scotia(BNS, 78,79$) a dévoilé un bénéfice supérieur aux attentes à son premier trimestre, aidée à la fois par ses activités canadiennes et internationales. Le bénéfice par action s’est établi à 1,75$, comparativement à 1,57$ l’action au même trimestre il y a un an. Les analystes prévoyaient en moyenne un profit de 1,68$ l’action. Notons toutefois que la société a inscrit une économie de 0,12$ par action en raison de la réévaluation d’un passif au titre des régimes d’avantages du personnel. La Banque avait récemment annoncé une hausse de 0,03$ de son dividende trimestriel, qui est passé à 0,82$ par action. Lisez les résultats complets.

Doug Young, de Desjardins Marché des capitaux, laisse sa recommandation à conserver et sa cible à 63$ pour le titre de l’Industrielle Alliance(IAG, 55,61$), après que celle-ci eut annoncé une acquisition et une émission d’actions. L’assureur de Québec met la main sur PPI Management, une des principales firmes de marketing de produits d’assurance canadiennes. Le prix de la transaction n’a pas été dévoilé, M. Young l’estime à 190M$. En parallèle, l’Industrielle vendra par l’entremise d’une prise ferme dirigée par Valeurs mobilières TD et la Financière Banque Nationale 2,5 millions d’actions à un prix de 54,10$. Cette transaction lui permettra de recueillir 135M$. Une émission de 150M$ d’actions privilégiées a aussi été conclue. Le titre de l’Industrielle est en baisse de 7% à ce jour en 2018.

Patricia Baker, de Banque Scotia, présente ses prévisions des résultats du quatrième trimestre du détaillant de matelas Sleep Country(ZZZ, 33,04$). L’analyste vise un bénéfice de 0,34$ l’action, en hausse de 9,7% sur le même trimestre de l’an dernier. Les revenus devraient s’établir à 149M$, en hausse de 10% par rapport au quatrième trimestre de 2017. Les ventes comparables, une mesure clé de la performance des détaillants, devraient avoir progressé de 6%. Mme Baker souligne que le titre est en baisse de 22% depuis son sommet du 28 juin. Elle laisse sa recommandation à surperformance et sa cible à 44$.

Neil Maruoka, de Canaccord Genuity, hausse sa cible pour la pharmaceutique Valeant(VRX, 18,68$US) de 16$US à 18$US, avant que celle-ci ne rapporte ses résultats du quatrième trimestre mercredi. L’analyste anticipe des revenus de 2,22G$US et un bénéfice d’exploitation de 865M$US. Il note que Valeant a remboursé pour 2G$US récemment, ce qui l’incite à ajuster ses prévisions financières. Le titre commande une valorisation moins généreuse que les sociétés comparables, ce qui est justifié compte tenu de son endettement élevé, de sa plus faible croissance et de son profil de risque moins favorable. Il laisse donc sa recommandation à neutre.

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Bourse: Apple ralentit Wall Street

09:25 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les résultats d'Apple pâtissent du coronavirus.

Concurrence: Washington accélère son enquête sur les GAFAM

11/02/2020 | AFP

Les autorités vont passer au crible leurs acquisitions des dix dernières années.

À la une

Dollarama perd 4%, voici pourquoi

Il y a 26 minutes | Dominique Beauchamp

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.

Train: une coalition d’entreprises demande à Ottawa de régler la crise

Une vingtaine de grandes entreprises dont ArcelorMittal, J.D. Irving et Maple Leaf pâtissent du blocage ferroviaire.