Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 22/10/2019 à 07:01

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 22/10/2019 à 07:01

(Photo: archives)

La Bourse de New York pointe vers une ouverture en mince hausse mardi matin, face à la pression tant au niveau commercial que sur le Brexit, dont les investisseurs attendent impatiemment des dénouements concrets.

Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en hausse de 0,04%, à 26 807 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, progresse de 0,17% à 7961,50 points. Le S&P500, quant à lui, prend 0,01% à 3006,75 points.

Contexte

Les marchés se sont appuyés sur «les espoirs du dénouement laborieux des négociations commerciales sino-américaines d'une part et des négociations sur le Brexit d'autre part. Mais dans un cas comme dans l'autre, ce n'est pas la fin de l'histoire», observe Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

Les États-Unis et la Chine «ne vont pas résoudre leurs différends de fond dans un éventuel accord partiel», tandis que «Londres et Bruxelles vont devoir s'entendre sur leurs relations commerciales futures», précise-t-il.

Et même si des «avancées sont acquises dans les prochaines semaines, les investisseurs seront ensuite confrontés à la réalité économique du moment: la croissance décroche», souligne l'expert.

L'espoir commercial semblait jusqu'ici dominer depuis la reprise des discussions entre responsables chinois et américains au début du mois.

Mais la Chine a indiqué mardi désapprouver la menace de nouvelles surtaxes américaines au moment où Washington affirme qu'un accord commercial partiel avec Pékin «avance bien» et pourrait être signé par le président américain le mois prochain.

Samedi pourtant, le principal négociateur chinois Liu He avait salué «un progrès substantiel» dans la recherche de l'accord.

«Nous désapprouvons la tactique qui consiste à brandir le bâton des droits de douane à chaque étape, à tout bout de champ et à exercer une pression maximale sur la Chine», a indiqué mardi le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Le Yucheng.

En décembre, de nouvelles surtaxes douanières de 15% doivent entrer en vigueur aux Etats-Unis sur des produits chinois de grande consommation.

Sur la saga du Brexit, «il y a encore beaucoup d'incertitudes, mais la probabilité que l'accord soit finalement adopté a fortement augmenté, avant ou même après le 31 octobre», estime Tangi Le Liboux. «Néanmoins, des rebondissements sont encore possibles. Le vote de ce soir promet d'être serré», nuance-t-il.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est vu refuser lundi un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles, prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Il faut d'abord que soit adoptée toute la législation nécessaire à la mise en oeuvre de l'accord de divorce. Ces textes d'application doivent être examinés au Parlement britannique à partir de mardi.

À l’étranger

Les Bourses asiatiques ont terminé en hausse mardi sur fond d'optimisme des investisseurs quant à une résolution de l'interminable conflit commercial qui oppose États-Unis et Chine tout en gardant un oeil sur une autre saga avec des votes décisifs sur le Brexit au Parlement britannique.

Les espoirs d'une issue dans la guerre commerciale ont été renforcés avec des déclarations de Donald Trump selon lesquelles un premier accord pourrait être trouvé avec son homologue chinois. Le président américain a précisé que Pékin s'était déjà engagé à acheter des produits agricoles américains.

«Nous pensons que nous allons être capables de signer un document avec la Chine, sur la phase 1», a déclaré M. Trump, laissant entendre qu'un accord plus large pourrait suivre.

Cette phase 1 de l'accord, qu'il reste à coucher sur le papier, comprend notamment un chapitre sur les droits de propriété intellectuelle, des questions structurelles concernant l'agriculture, les services financiers ou encore un accord d'achats de produits agricoles.

Le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, a ajouté que des efforts étaient faits pour que l'accord soit signé le mois prochain au Chili en marge d'un sommet de l'Association des pays riverains du Pacifique (APEC).

D'autres signaux positifs sont venus également de Larry Kudlow, conseiller économique de M. Trump qui a indiqué que les taxes prévues pour entrer en vigueur en décembre pourraient être annulées si les discussions progressaient.

Ces bonnes nouvelles ont permis aux bourses asiatiques de s'aventurer dans le vert: Hong Kong a pris 0,2%, Shanghai 0,5% et Sydney 0,3%.

Même tendance à la bourse de Singapour (+0,9%) et à celle de Séoul, qui a fini en hausse de plus de 1%.

La Bourse de Tokyo était quant à elle fermée, en raison d'un jour férié au Japon.

«Contrairement aux précédentes discussions, il semble que cette fois il y ait un véritable plan de route fonctionnel en place», estime Stephen Innes, analyste pour AxiTrader.

À l’agenda

Au niveau des indicateurs, la séance sera de nouveau très calme avec essentiellement les ventes de logements existants aux Etats-Unis pour septembre.

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

07/04/2020 | LesAffaires.com et AFP

Les annonces de soutien économique de la part des États et des banques centrales se poursuivent.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

06/04/2020 | LesAffaires.com et AFP

L’espoir de voir l’Europe se diriger vers un possible pic du coronavirus redonnant de l’énergie.

À la une

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.

Au tour de Sail de se protéger de ses créanciers

C'est au tour des enseignes Sail et Sportium de se placer à l’abri de leurs créanciers.

Récompense de 50M$US pour un lanceur d'alerte

13:35 | AFP

La SEC n'a pas dévoilé le nom de l'entreprise visée afin de protéger l'identité du lanceur d'alerte.