Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 01/06/2020 à 08:42

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 01/06/2020 à 08:42

«La situation actuelle aux États-Unis pourrait bien casser le sentiment du marché». (Photo: Getty Images)

Alors que les marchés européens et asiatiques ont bien accueilli le ton moins dur qu'a adopté Donald Trump à l'égard de la Chine et de Hong Kong, Wall Street se préparait de son côté à ouvrir sans grande direction, les affrontements du week-end pesant sur son enthousiasme.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,09 %, celui de l’indice élargi S&P 500 de 0,02 % et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 0,25 %.

Contexte

« Les marchés en Europe rattrapent une partie du terrain perdu vendredi du fait que le président Trump a adopté une attitude plus douce qu’escompté vis-à-vis de la Chine », explique David Madden, analyste pour CMC Markets.

« Toutefois, la situation actuelle aux États-Unis pourrait bien casser le sentiment du marché, les protestations dans de nombreuses villes venant s’ajouter à une situation déjà fébrile (...) », prévient Pierre Veyret, analyste à ActivTrades.

Les investisseurs, qui avaient pris quelques bénéfices en fin de semaine dernière en raison de la détérioration des relations sino-américaines, ont retrouvé leur sérénité à l’ouverture des marchés asiatiques et européens. Ils ont été également encouragés par des signes de reprise en Chine, où l’activité manufacturière a rebondi plus que prévu en mai grâce à la levée des restrictions due à l’épidémie de Covid-19.

Pour dénoncer une loi controversée sur la sécurité nationale que Pékin veut imposer à Hong Kong, Donald Trump a demandé vendredi à son administration de mettre fin aux mesures commerciales préférentielles accordées à cette ancienne colonie britannique.

Les acteurs du marché redoutaient surtout que le président américain ne sape les efforts réalisés pour aboutir à une première phase d’un accord commercial avec la Chine signée en janvier en prônant de nouvelles sanctions commerciales contre le géant asiatique.

M. Trump a également annoncé vendredi que les États-Unis suspendaient l’entrée sur leur territoire des ressortissants chinois présentant un « risque » pour la sécurité du pays.

Lundi, la Chine lui a rendu la monnaie de sa pièce en agitant la menace d’une « contre-attaque », estimant que les mesures annoncées par Washington constituaient une grave ingérence dans ses affaires intérieures.

Cette semaine, « les troubles aux États-Unis et les protestations à Hong Kong, les réunions des banques centrales (européenne, australienne et canadienne), les indicateurs avancés PMI, la réunion de l’OPEP+, et le rapport sur l’emploi américain de mai constituent de potentiels points névralgiques » pour les investisseurs, énumère Stephen Innes, stratégiste chez AxiCorp.

Comme le doute demeure sur la vigueur de la reprise économique liée au déconfinement, les opérateurs de marché vont écouter très attentivement les prévisions macroéconomiques courant jusqu’en 2022 qui seront présentées jeudi par la présidente de la BCE Christine Lagarde. 

La Banque centrale européenne pourrait parallèlement renforcer son programme d’urgence destiné à limiter l’impact économique de la pandémie de nouveau coronavirus. 

 

À l’étranger

La Bourse de Paris continuait sur une note franchement positive lundi à mi-séance (+1,00 %), après avoir échappé à un retour immédiat de la guerre commerciale même si diverses tensions géopolitiques demeurent.

À 8h40, l’indice CAC 40 prenait 47 points à 4742 points. Vendredi, la cote parisienne a terminé dans le rouge (-1,59 %).

La Bourse de Londres a ouvert en nette hausse lundi grâce aux espoirs suscités par la réouverture progressive de l’économie, après le confinement instauré le 23 mars pour endiguer la pandémie de Covid-19.

L’indice FTSE 100 des principales valeurs prenait 0,89 % à 6130 points.

Les Bourses asiatiques ont terminé lundi en hausse, rassurées par les représailles américaines limitées en réponse à la loi sécuritaire imposée à Hong Kong par Pékin, et réjouies aussi par un indicateur économique encourageant en Chine.

À Hong Kong, l’indice Hang Seng s’est fortement apprécié de 3,36 % à 23 732 points, tandis que l’indice composite de Shanghai a progressé de 2,21 % à 2 915 points et celui de Shenzhen de 3,16 % à 1 843 points.

Les gains ont été plus mesurés à la Bourse de Tokyo, où l’indice vedette Nikkei s’est apprécié de 0,84 % à 22 062 points, tandis que l’indice élargi Topix a pris seulement 0,32 % à 1 569 points.

À l'agenda

Des données sur la production manufacturière américaine devraient être publiées à 10h00 aujourd'hui.

Sur le même sujet

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

La chinoise Ant pourra se coter à Hong Kong

19/10/2020 | AFP

Le groupe pourrait lever au total 35 G $US, ce qui serait la plus importante introduction en Bourse de l'histoire.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.