Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 24/06/2022 à 08:31, mis à jour le 24/06/2022 à 08:39

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 24/06/2022 à 08:31, mis à jour le 24/06/2022 à 08:39

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. L’heure était au rebond vendredi sur les Bourses européennes, et Wall Street devrait poursuivre sa progression, après deux semaines de fortes baisses causées par le risque de récession.

 

Les indices boursiers à 08h35

En Europe, Paris montait de 2,16%, Londres de 1,57%, Francfort de 1,04% et Milan de 1,25%.

La Bourse de New York s'annonçait en hausse de 0,70% à 0,80% selon les contrats à terme des trois principaux indices. 

Le baril de Brent pour livraison en août montait de 1,48% à 111,68 dollars et celui de WTI américain à même échéance montait de 1,59% à 105,93 $US.

 

 

Le contexte

«Le moral des investisseurs est meilleur, mais les nouvelles ne le sont pas», commente Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote, faisant référence à la publication d’indicateurs d’activité économique décevants concernant la zone euro et les États-Unis.

Les indices boursiers se sont montrés indécis cette semaine, ne sachant plus comment se positionner après des baisses spectaculaires enregistrées depuis le début de l’année. 

Le sévère tour de vis des Banques centrales pour lutter contre l’inflation fait en effet redouter aux investisseurs un ralentissement trop prononcé de l’activité économique et une récession mondiale. 

«Les craintes de récession font que le marché a revu à la baisse ses attentes quant à l’ampleur de l’action de la Fed», estime Neil Wilson, analyste de Markets.com. 

Du côté des statistiques économiques, après des indicateurs d’activité décevants en Europe et aux États-Unis jeudi, ce sont les données sur le moral qui sont à l’honneur. 

La confiance des consommateurs britanniques a encore baissé en juin à cause de l’inflation, selon l’institut GfK, et se situe à un niveau jamais enregistré depuis le début des relevés. 

«Pour replacer cela dans son contexte: c’est pire qu’à l’époque du Covid-19 ou de la crise financière», appuie Neil Wilson.

Les ventes de détail de mai se sont en conséquence réduites de 0,5%, et ce sont surtout les ventes des magasins de nourriture (-1,6%) qui ont souffert. 

Ces données n’empêchaient pas la livre sterling de progresser de 0,24% à 1,229 0 dollars pour une livre.

En Allemagne, le moral des entrepreneurs a légèrement baissé en juin, après deux mois de hausse, tandis que celui des entreprises italiennes est au plus haut depuis décembre 2021. 

Les prix du pétrole étaient en hausse après avoir été bousculés pendant toute la semaine. Les craintes sur une offre de brut insuffisante pour faire face à la demande pendant l’été prenaient le pas sur celles d’une récession, dans un contexte d’inflation galopante. 

Sur le marché obligataire, les taux d’intérêt souverains remontaient légèrement en Europe, après avoir perdu près de 40 points de base depuis mardi soir. 

 

La tech et le luxe en forme

Les valeurs du secteur technologique profitaient de la baisse récente des taux d’intérêt. A Paris et Londres, Teleperformance montait de 4%, Dassault Systèmes de 3,60%, Darktrace de 4,59%. 

L’équipementier britannique Ultra Electronics bondissait même de 12,44% après que le gouvernement britannique s’est dit «disposé à accepter» son rachat par le groupe de défense Cobham, détenu par un fonds américain, Londres se disant rassuré par des engagements destinés à limiter les risques pour la sécurité nationale du Royaume-Uni.

Idem pour le secteur du luxe, pour qui la baisse des taux d’intérêt améliore la valorisation des bénéfices futurs. A Paris, LVMH gagnait 2,70%, L’Oréal 3,17%. A Milan Moncler avançait de 2,91% et à Londres Burberry faisait +2,51%.

Du côté du bitcoin et de l’euro

Le bitcoin ne semblait pas perturbé par l’annonce de la plateforme d’échanges de cryptomonnaies CoinFlex de suspendre tous les retraits de fonds, citant des «conditions de marché extrêmes» et le risque financier lié à un client. La première cryptomonnaie prenait 1,63% à 21 135 dollars T. 

 

L’euro se stabilisait à 1,053 4 $US (+0,10%). 

 

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: Wall Street termine en baisse, un temps mort faute de catalyseur

Mis à jour le 17/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine aussi dans le rouge.

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:43 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

17:00 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.