Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 21/04/2021 à 07:19

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 21/04/2021 à 07:19

(Photo: Getty Images)

Les Bourses européennes se rattrapaient mercredi, progressant légèrement au lendemain d'une séance où elles ont toutes enregistré des pertes et alors que l'Asie est restée dans le rouge.

 

Les indices

À Wall Street, vers 7h15, les contrats à terme du S&P 500 avançaient de 3 points à 4 129 points, ceux du Dow Jones gagnaient 33 points à 33 736 points, et ceux du Nasdaq perdaient 12 points à 13 782 points.

En Europe, les marchés étaient en hausse à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 prenait 77 points à 6 965 points. À Paris, le CAC 40 gagnait 48 points à 6 208 points et à Francfort, le DAX s'appréciait de 37 points à 15 172 points.

Les places asiatiques ont cependant continué de perdre du terrain, inquiète du regain de l'épidémie au Japon et en Inde. Tokyo a lâché 2,03%, Hong Kong 1,76%, tandis que Shanghai a fini stable.

Au Japon, le département d'Osaka a demandé mardi au gouvernement central de déclarer un état d'urgence sur son territoire pour tenter d'endiguer la recrudescence de la COVID-19, et d'autres départements dont Tokyo envisagent la même mesure.

 

Le contexte

Mardi, Wall Street a terminé en repli pour la deuxième séance d'affilée.

«Les tensions sur les chaînes d'approvisionnement globales restent fortes, les risques de rupture d'approvisionnement sont accentués par la progression de l'épidémie en Asie, notamment en Inde», craignent Christian Parisot et Jean-Louis Mourier, analystes pour Aurel BGC.

Cette inquiétude ne semble pas pour l'instant gagner l'Europe qui compense les ventes de titres de la veille. 

«Il n'y a pas de consensus universel quant aux raisons de la récente baisse, mais étant donné les gains récents, les marchés auraient dû subir une sorte de correction tôt ou tard, et la prise de bénéfices est probablement une raison aussi bonne qu'une autre», explique Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK.

«Il existe également un doute tenace quant au fait que la reprise économique, actuellement intégrée aux marchés, semble devoir rencontrer quelques obstacles, et c'est ce qui semble avoir exacerbé la ruée vers la prise de profit de certaines opérations à risque», poursuit-il. 

Au Royaume-Uni l'inflation a rebondi en mars à 0,7% sur un an, comparé à 0,4% en février, principalement à cause du prix du carburant et des vêtements. 

La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) sera jeudi également au cœur de l'attention.

Sur le marché de la dette souveraine, les rendements se stabilisaient et le taux d'intérêt américain à 10 ans était de 1,58%.

 

Du côté du pétrole

Vers 7h30, le baril de WTI américain diminuait de 1,5% à 61,73 $US et le baril de Brent de la mer du Nord perdait 1,37% à 65,67 $US.

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

13:45 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

Bourse: Wall Street vise sa première semaine dans le vert depuis deux mois

Mis à jour à 12:12 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice phare à la Bourse de Toronto avançait de plus de 100 points.

OPINION Sommes-nous près du creux boursier?
Édition du 25 Mai 2022 | Jean Gagnon
Les nouvelles du marché
Mis à jour à 08:59 | Refinitiv
Titre en action: Banque Nationale
Mis à jour à 11:15 | AFP et La Presse Canadienne

À la une

L'importance des points de référence dans un marché en chute

EXPERT INVITÉ. Des périodes de reculs boursiers ne sont jamais faciles à traverser, même si elles sont récurrentes.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Il y a 32 minutes | La Presse Canadienne

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.

L'éternel débat entre les projections à court et à long terme

EXPERT INVITÉ. Prévoir le rendement des placements sur une période de 20, 30 ou 40 ans s'approche de la spéculation.