Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 19/01/2022 à 07:46, mis à jour le 19/01/2022 à 07:48

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 19/01/2022 à 07:46, mis à jour le 19/01/2022 à 07:48

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La séance boursière restait dominée mercredi par la hausse généralisée des rendements obligataires et les tensions sur les prix du pétrole.

En Europe, les marchés progressaient. Les marchés américains, qui avaient fini en net recul mardi, s'orientaient vers un léger rebond avant l'ouverture.

 

Les indices boursiers à 7h38

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones augmentaient de 49,00 points (+0,14%) à 35 308,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 avançaient de 10,75 points (+0,24%) à 4 582,00 points. Les contrats à terme du Nasdaq haussaient de 46,00 points (+0,30%) à 15 252,00 points.

En Europe, les résultats étaient à la hausse. À Londres, le FTSE 100 gagnait 27,48 points (+0,36%) à 7 591,03 points. À Paris, le CAC 40 progressait de 39,55 points (+0,55%) à 7 173,38 points. À Francfort, le DAX récoltait 44,06 points (+0,28%) à 15 816,62 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a perdu 790,02 points (-2,80%) à 27 467,23 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a monté de 15,07 points (+0,06%) à 24 127,85 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain augmentait de 1,13 $ US (+1,32%) à 86,56 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,93 $ US (+1,06%) à 88,44 $ US.

 

Le contexte

«Avec le pivot de plus en plus affirmé de la Fed en faveur d'un resserrement de politique monétaire, l'attention des investisseurs est en ce début d'année principalement centrée sur la tendance haussière des taux souverains nominaux et sur les tensions observées sur les marchés actions», commente Florent Pochon, chez Natixis CIB.

Face à l'accélération de l'inflation courant 2021, le cycle de normalisation des politiques monétaires a été enclenché: les banques centrales occidentales ont commencé à réduire progressivement les apports de liquidités qui avaient été injectées pour faire face à la crise sanitaire.

La prochaine étape consistera à relever les taux directeurs sans malmener l'économie ni déstabiliser les marchés.

Les investisseurs craignent que la Réserve fédérale américaine ait sous-estimé le risque inflationniste et qu'elle se voie obligée, au bout du compte, d'être plus agressive dans son projet de hausse des taux pour contenir l'accélération des prix.

Certains acteurs de marché se préparent ainsi à une première remontée des taux en mars, de 50 points de base, ce qui serait la plus importante depuis 2000, alors qu'ils tablaient initialement sur une ampleur moitié moindre.

Dans ce contexte, les rendements de la dette américaine sont au plus haut depuis le début de la pandémie: celui à maturité deux ans, le plus sensible aux anticipations de taux, évoluait au-dessus du seuil de 1% (1,05%), tandis que celui à dix ans continuait de se rapprocher des 2% (1,88% vers 6h40, heure du Québec).

Le taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne est repassé mercredi en territoire positif pour la première fois depuis mai 2019, alors que l'inflation, plus forte que prévu en zone euro, fait craindre un durcissement monétaire. 

Entretenant la pression inflationniste, les cours du pétrole continuaient leur envolée mercredi, la forte demande et les risques géopolitiques exerçant une pression à la hausse sur un marché déjà tendu, hissant les prix à des records pluriannuels.

Porté notamment par la joaillerie, le géant suisse Richemont a publié des ventes trimestrielles en nette hausse (+32%) entre octobre et décembre, supérieures aux prévisions. Dans son envol (+7,83% à 144,60 francs suisses), le titre entraînait d'autres valeurs du luxe. À Paris, LVMH montait de 3,05%, Kering de 3,19% et Hermès de 2,99% vers 6h30.

À Londres, l'action Burberry bondissait de 6,24% à 1 865 pence après avoir publié de bonnes ventes trimestrielles, notamment pendant les fêtes de Noël, et donné des prévisions de bénéfices encourageantes.

La monnaie européenne montait de 0,08% face au billet vert, à 1,133 6 dollar américain.

La livre britannique se stabilisait mercredi face à l'euro, après un nouveau record depuis février 2020, galvanisée par l'inflation au plus haut depuis 30 ans, qui pourrait pousser la Banque d'Angleterre (BoE) à poursuivre son resserrement.

Le bitcoin cédait 1,14% à 41 913 $ US.

Sur le même sujet

Voilà le Web3, la nouvelle dimension prometteuse pour l’entrepreneuriat

Mis à jour à 14:55 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. L’avènement de ce nouveau web, est rendu possible grâce à l’émergence du bitcoin

Bourse: Wall Street clôture en hausse et veut croire à un semblant d'élan

Mis à jour à 16:54 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto était fermée pour la fête de la Reine.

À la une

Bourse: Wall Street clôture en hausse et veut croire à un semblant d'élan

Mis à jour à 16:54 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto était fermée pour la fête de la Reine.

Voilà le Web3, la nouvelle dimension prometteuse pour l’entrepreneuriat

Mis à jour à 14:55 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. L’avènement de ce nouveau web, est rendu possible grâce à l’émergence du bitcoin

Virage numérique: le bon moment pour les minières

BLOGUE INVITÉ. Comme les minières ont eu «d'excellents résultats» en 2020 et 2021, le moment est idéal pour investir.