Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 13/12/2021 à 08:11, mis à jour le 13/12/2021 à 08:16

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 13/12/2021 à 08:11, mis à jour le 13/12/2021 à 08:16

(Photo: Getty Images)

Les marchés mondiaux progressaient légèrement lundi, à l'entame d'une semaine chargée, avec plusieurs réunions de banques centrales au programme des investisseurs.

Wall Street s'apprêtait à ouvrir en hausse selon les échanges d'avant-séance. L’Europe était mitigée. L’Asie a terminé globalement en hausse.

 

Les indices boursiers à 8h07

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones frôlaient l’équilibre à 35 966,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 haussaient de 8,00 points (+0,17%) à 4 719,00 points. Les contrats à terme du Nasdaq augmentaient de 58,50 points (+0,36%) à 16 388,25 points.

En Europe, les résultats étaient mitigés. À Londres, le FTSE 100 perdait 14,11 points (-0,19%) à 7 277,67 points. À Paris, le CAC 40 progressait de 5,39 points (+0,08%) à 6 997,07 points. À Francfort, le DAX avançait de 136,95 points (+0,88%) à 15 760,26 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a récolté 202,69 points (+0,71%) à 28 640,49 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a lâché 41,14 points (-0,17%) à 23 954,58 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain diminuait de 0,69 $ US (-0,96%) à 70,98 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord reculait de 0,76 $ US (-1,01%) à 74,39 $ US.

 

Le contexte

Les investisseurs attendent patiemment le début des réunions des banques centrales dans la semaine, avec plusieurs prises de position en vue de lutter contre l'inflation. 

Elle a atteint 6,8% en novembre aux États-Unis, du jamais vu en 40 ans, et 4,9% en zone euro sur le même mois, au plus haut en 30 ans.

À (re)lire: La Fed et la BCE face au casse-tête de l'inflation et du variant Omicron

Les banques centrales du monde entier sont donc sous pression et la Réserve Fédérale américaine, qui présente ses conclusions mercredi, a déjà prévu de retirer l'adjectif «provisoire» pour décrire l'inflation.

«La Fed va donner suite à sa rhétorique restrictive et accélérer la réduction» de ses rachats d'actifs sur les marchés, anticipe Neil Wilson, de Markets.com, qui attend également des indications sur le calendrier de relèvement des taux directeurs. 

Jeudi, ce sera au tour de la Banque centrale européenne de rendre ses conclusions et de présenter la manière dont elle va réduire ses mesures de soutien, à l'issue du conseil des gouverneurs.

Pour des politiques économiques plus accommodantes, les investisseurs regardent plutôt vers la Chine. «Après avoir abaissé le taux des réserves obligatoires des banques la semaine dernière, la deuxième économie mondiale pourrait annoncer de nouveaux soutiens budgétaires pour soutenir la croissance», écrit Vincent Boy, d'IG France.

Les autorités doivent notamment gérer les soubresauts de ses groupes immobiliers surendettés, comme Evergrande

Les transporteurs aériens à la Bourse de Londres évoluaient en terrain négatif, alors que les compagnies britanniques ont demandé lundi au premier ministre Boris Johnson des «mesures de soutien économique». Le secteur fait actuellement face à de nouvelles restrictions imposées pour entrer dans le pays face au variant Omicron de la COVID-19.

IAG, maison mère de British Airways et Iberia, reculait de 3,73% à 132 pence et Easyjet de 3,54% à 507 pence.

Aéroports de Paris perdait 1,37% à 104,60 euros sur l'indice élargi français, et Air France 1,50% à 3,89 euros. 

Plus tôt, China Airlines a plongé de 6%. 

La hausse des matières premières avec l'apaisement des craintes sur le variant Omicron chez les investisseurs profitait notamment aux minières.

À Paris, ArcelorMittal était sur le podium de l'indice vedette CAC 40 avec une hausse de 2,35% à 2634 euros. À Londres, Rio Tinto prenait 1,30% à 4 816 pence, Antofagasta 1,35% à 1 389 pence. 

Les cours du pétrole s’essoufflaient lundi, l'OPEP ayant souligné l'«incertitude» que continue de faire peser la pandémie de COVID-19 sur le marché et alors que les négociations sur le nucléaire iranien se poursuivent à Vienne, en Autriche.

Un euro s'échangeait pour 1,128 5 dollar américain (-0,26%).

Le bitcoin lâchait une partie de ses gains de la fin de semaine (-2,10% à 48 911 $ US). 

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street en ordre dispersé, faute de nouvelles, après une semaine dans le vert

Mis à jour il y a 58 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto gagnait plus de 150 points une heure après l'ouverture.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour à 08:45 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le G7 freine les marchés boursiers. Wall Street présageait une ouverture en hausse.

OPINION Comment expliquer la déroute du bitcoin
24/06/2022 | Jean Gagnon
Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation
Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi
Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Après avoir créé votre site, protégez-le!

SatelliteWP a développé un outil gratuit pour vérifier si vous êtes à risque d’une cyberattaque.

Le futur véhicule coté de Trump visé par une enquête fédérale

Il y a 47 minutes | AFP

L'action Digital World Acquisition Corp est censée fusionner avec le nouveau réseau social de Donald Trump.

Ukraine: un missile russe frappe un centre commercial, Zelensky réclame le soutien du G7

Mis à jour à 11:31 | AFP et La Presse Canadienne

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.