Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 07/01/2022 à 08:27, mis à jour le 07/01/2022 à 08:54

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 07/01/2022 à 08:27, mis à jour le 07/01/2022 à 08:54

(Photo: Getty Images)

Au lendemain de nets replis causés par le durcissement de ton de la Réserve fédérale, les marchés boursiers étaient indécis vendredi, attendant les chiffres de l'emploi américain de décembre. 

Après une clôture en légère baisse jeudi, la Bourse de New York s'annonçait hésitante. En Europe, après une ouverture proche de l'équilibre les indices évoluaient en ordre dispersé. Les Bourses asiatiques n'ont pas affiché de tendance claire non plus. 

 

Les indices boursiers à 8h24

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones se trouvait à l'équiliubre à 36 121,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 avançaient de 4,50 points (+0,10%) à 4 692,00 points. Les contrats à terme du Nasdaq récoltaient 16,50 points (+0,10%) à 15 775,50 points.

En Europe, les résultats étaient mitigés. À Londres, le FTSE 100 gagnait 3,84 points (+0,05%) à 7 454,21 points. À Paris, le CAC 40 cédait 21,94 points (-0,30%) à 7 227,72 points. À Francfort, le DAX descendait de 79,81 points (-0,50%) à 15 972,22 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a perdu 9,31 points (-0,03%) à 28 478,56 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a haussé de 420,52 points (+1,82%) à 23 493,38 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain montait de 0,57 $ US (+0,72%) à 80,03 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord augmentait de 0,62 $ US (+0,76%) à 82,61 $ US.

 

Le contexte

Ce vendredi, l'attention des investisseurs est tournée vers la publication très attendue du rapport sur l'emploi aux États-Unis en décembre, des chiffres scrutés par la banque centrale américaine, la Fed, pour adapter sa politique monétaire à la reprise économique. 

La publication mercredi du compte-rendu de sa dernière réunion a fait plonger les marchés, surpris des nouvelles mesures envisagées par l'institution pour s'attaquer à l'inflation.

Les responsables de la Fed ont estimé lors de leur réunion du mois dernier que le marché de l'emploi aux États-Unis était «très tendu», citant le nombre record d'emplois vacants et de démissions ainsi que la hausse des salaires. 

Aussi ont-ils envisagé non seulement une potentielle hausse des taux d'intérêt plus tôt que prévu, dès mars, mais encore une réduction du bilan de la Fed pour endiguer l'inflation (6,8% en novembre sur un an). 

Pour décembre, un consensus d'économistes s'attend à 440 000 créations d'emplois, soit plus du double du recensement de novembre. Et ils projettent un taux de chômage à 4,1% (-0,1 point de pourcentage sur un mois) toujours supérieur au niveau prépandémie. 

«Si les données de l'enquête sur les emplois non agricoles sont positives, les arguments en faveur d'une hausse des taux d'intérêt de la Fed plus tôt que prévu se confirmeront», estime Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades, ajoutant que «la réunion de mars semble être un point de départ de plus en plus probable».

Les taux obligataires étaient jusqu'ici stables ce vendredi.

En Europe, le taux d'inflation dans la zone euro a atteint son plus haut niveau en 25 ans en décembre, à 5% sur un an, bien au-dessus de l'objectif de la Banque centrale européenne de 2%.

Comme la veille, les valeurs du luxe étaient mal orientées. 

À Paris, Hermès perdait 1,46% et LVMH 0,72%, à Londres, Burberry reculait de 1,65% et à Milan, Tod's lâchait 2,32% et Moncler 1,18%.

Le Fonds interbancaire de protection des dépôts de l'Italie (FITD) a confirmé jeudi avoir reçu «des offres non contraignantes» pour le rachat de la banque Carige, sans toutefois commenter des informations de presse faisant état d'une proposition soumise par Crédit Agricole. L'action Carige était portée par cette perspective et grimpait de 10,16%.

Les ventes du fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics ont augmenté de 24,9% sur l'ensemble de 2021 à 12,76 milliards de dollars américains, portées par la forte demande mondiale sur ses marchés. L'action bondissait de 4,99% à 45,04 euros.

Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi, pour le cinquième jour consécutif, toujours portés par les risques qui pèsent sur l'offre, exacerbés par la crise qui secoue le Kazakhstan.

L'euro était quasi stable (+0,03%) face au dollar américain, à 1,130 0 $ US.

Le bitcoin perdait 1,64% à 42 410 $ US.

Sur le même sujet

Bourse: nouvelle séance noire à Wall Street, les indices dévissent

Mis à jour le 18/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto en baisse de 390 points.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour le 18/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés financiers s'essoufflent, vigilants au sujet de l'inflation. New York prévoit une baisse.

OPINION Bourse: Wall Street s'offre un rebond, tiré par la technologie
Mis à jour le 17/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Le minage de bitcoin repart en Chine, les États-Unis restent premier
17/05/2022 | AFP
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi
Mis à jour le 17/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Bourse: nouvelle séance noire à Wall Street, les indices dévissent

Mis à jour le 18/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto en baisse de 390 points.

Les supermarchés Target plombés par la hausse des coûts, l'action s'effondre

18/05/2022 | AFP

La hausse des coûts de transport et les changements d'habitude des consommateurs ont fortement pesé sur les marges.

À surveiller: Aya Gold & Silver, George Weston et Equinox Gold

18/05/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres d'Aya Gold & Silver, George Weston et Equinox Gold? Voici des recommandations d'analystes.