Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 01/04/2022 à 08:00, mis à jour le 01/04/2022 à 12:46

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 01/04/2022 à 08:00, mis à jour le 01/04/2022 à 12:46

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés regagnaient de l'optimisme vendredi en attendant le rapport mensuel de l'emploi américain, sans pouvoir mettre de côté les inquiétudes grandissantes concernant l'impact économique mondial de l'invasion russe en Ukraine et des reconfinements locaux en Chine.

Après une première partie de séance prudente, les indices européens évoluaient légèrement dans le vert au lendemain d'une forte baisse.

À Wall Street, les contrats à terme sur les trois principaux indices laissaient entrevoir une ouverture en hausse, en attendant les chiffres mensuels de l'emploi américain.

Plus tôt, l'Asie a fini dans le rouge. L'activité manufacturière est tombée en mars à son niveau le plus bas depuis deux ans en Chine, en raison des mesures sanitaires contre la COVID-19. 

 

Les indices boursiers à 8h44

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones progressaient de 128,00 points (+0,37%) à 34 746,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 montaient de 15,00 points (+0,33%) à 4 545,75 points. Les contrats à terme du Nasdaq affichaient une hausse de 53,00 points (+0,36%) à 14 921,75 points.

En Europe, À Londres, le FTSE 100 augmentait de 30,04 points (+0,40%) à 7 545,72 points. À Paris, le CAC 40 récoltait 37,60 points (+0,56%) à 6 697,47 points. À Francfort, le DAX gagnait 64,32 points (+0,45%) à 14 479,07 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a reculé de 155,45 points (-0,56%) à 27 665,98 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a monté de 42,70 points (+0,19%) à 22 039,55 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain perdait 1,32 $ US (-1,32%) à 98,96 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord affichait un recul de 0,16 $ US (-0,15%) à 107,75 $ US.

 

Le contexte

Les investisseurs ont connu un premier trimestre terni par la volonté des banques centrales d'accélérer la normalisation des conditions monétaires malgré les incertitudes économiques, puis par l'invasion russe en Ukraine et le reconfinement de dizaines de millions de Chinois, notamment dans le nord-est du pays.

«Malgré le regain d’optimisme des marchés, l'incertitude semble bel et bien plus forte partout», selon un bulletin de Natixis Research CIB.

Les questions de géopolitique et d'inflation continuent de dominer le marché qui attend un apaisement sur ces deux volets.

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit en Ukraine ont repris vendredi, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski.

Alimentée par la guerre en Ukraine qui fait flamber les tarifs de l'énergie, mais aussi ceux de l'alimentation, l'inflation dans la zone euro a pulvérisé un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an. Ce qui génère des craintes au sujet de la consommation.

Sur la durée, la guerre en Ukraine renforce le risque de récession et accentue les problèmes dans l'approvisionnement énergétique et des matières premières.

Les investisseurs se pencheront sur le rapport mensuel sur l'emploi américain et suivront particulièrement la progression des salaires face à l'envolée de l'inflation, que la banque centrale américaine cherche à briser en resserrant les conditions monétaires.

Sur le marché de la dette souveraine, qui a connu un très mauvais premier trimestre, les rendements se redressaient fortement, de quoi satisfaire les valeurs bancaires.

Les prix du pétrole retombaient dans la zone des 100 dollars américains, pris entre la guerre en Ukraine et les annonces américaines sur la libération de réserves d'urgences pour soulager le marché.

Le dollar américain montait légèrement (+0,06% à 1,1056 $ US pour un euro) avant la publication des données sur l'emploi aux États-Unis pour mars, l'euro poursuivant son recul après avoir trébuché la veille.

Le géant espagnol du prêt-à-porter Inditex, maison-mère de l'empire Zara, a ouvert vendredi un nouveau chapitre de son histoire avec l'arrivée à sa tête de Marta Ortega, 38 ans, chargée de piloter le groupe fondé par son père. L'action gagnait 2,38% à 20,25 euros.

La filiale spécialisée en crédit à la consommation de Crédit Agricole (+1,10% à 11,01%) et le constructeur automobile Stellantis (+0,82% à 14,92 euros) ont annoncé vendredi la signature d'accords définitifs prévoyant la création d'un «leader européen» de la location longue durée automobile.

Sanofi (+0,86% à 93,31 euros) a annoncé vendredi que la cotation en Bourse de Paris de sa filiale de principes actifs pharmaceutiques Euroapi aura lieu le 6 mai, ayant reçu l'approbation de l'Autorité des marchés financiers (AMF). 


Sur le même sujet

Bourse: Wall Street termine en baisse, les trois indices majeurs à leur plus bas niveau de l’année en clôture

Mis à jour le 30/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto clôture sur une minuscule hausse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 30/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Timide rebond des marchés boursiers pour finir la semaine. Wall Street prévoit du vert.

OPINION Bourse: Toronto clôture la séance sur une baisse de plus de 1,1%
Mis à jour le 29/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Les cryptoactifs ne protègent pas contre l'inflation, disent des fonctionnaires
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi
Mis à jour le 29/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour à 18:20 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.