Bourse: au terme d'une séance agitée, Wall Street finit en baisse

Publié le 07/09/2018 à 10:08, mis à jour le 07/09/2018 à 16:49

Bourse: au terme d'une séance agitée, Wall Street finit en baisse

Publié le 07/09/2018 à 10:08, mis à jour le 07/09/2018 à 16:49

[Photo: Getty Images]

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street, affaiblie d'abord par une progression des salaires dans un rapport sur l'emploi américain, puis par la menace de Donald Trump de frapper un grand coup dans la guerre commerciale avec Pékin, a clôturé en baisse vendredi.


Indices


À New York, le S&P 500 a abandonné 0,22% à 2 871,68 points.


Le Dow Jones a baissé de 0,31% à 25 916,54 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 0,25% à 7 902,54 points.


À Toronto, le S&P/TSX a reculé de 0,07% à 16 090,27 points.


Contexte


Wall Street, affaiblie d'abord par une progression des salaires dans un rapport sur l'emploi américain, puis par la menace de Donald Trump de frapper un grand coup dans la guerre commerciale avec Pékin, a clôturé en baisse vendredi.


Ces trois indices s'inscrivent également en baisse sur la semaine, le Dow Jones ayant perdu 0,19%, le Nasdaq 2,55% et le S&P 500 1,02%.


L'économie américaine a continué à embaucher fortement en août, dépassant les attentes des analystes, et le taux de chômage est resté stable.


Les salaires ont parallèlement nettement augmenté, de 2,9% sur un an. Il s'agit de la plus forte progression depuis juin 2009.


«La première lecture des marchés a souligné l'inquiétude quant à une hausse de l'inflation» et à un durcissement des hausses de taux de la banque centrale américaine (Fed), a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. 


Après deux hausses de taux cette année, les acteurs du marché s'attendent à deux nouvelles augmentations de taux d'intérêt d'ici fin-décembre.


En réaction, le marché obligataire se tendait nettement: le taux à dix ans sur la dette américaine montait à 2,937% contre 2,873% à la clôture jeudi, et celui à 30 ans à 3,101% contre 3,053%. 


«Mais une lecture plus profonde suggère la normalisation d'une situation aberrante depuis des mois, et un ajustement des salaires sur la forte croissance et les profits des entreprises», a ajouté M. Volokhine. 


«Nous avons alors vu les marchés se remettre du rapport sur l'emploi» à la mi-séance, a relaté Quincy Krosby de Prudential Financial.


«Jusqu'à l'annonce sur les taxes douanières.»


Alors qu'une salve de taxes sur 200 milliards de dollars de produits est sur le point d'être adoptée contre la Chine, Donald Trump a jeté de l'huile sur le feu en envisageant d'imposer de nouvelles taxes sur 267 milliards de dollars de produit supplémentaires, ce qui couvrirait la totalité des exportations chinoises vers les États-Unis. 


«Cette tactique commerciale (de taxes douanières accrues pour obtenir des concessions, NDLR) est en train de se transformer en politique économique et cela déroute les investisseurs», a estimé Jack Ablin, de Cresst Wealth Advisors.


Fait notable depuis le début du conflit commercial, le géant américain Apple (-0,81%) a concédé que certains de ses produits, tels que l'Apple Watch et les AirPods, seraient touchés par les projets de tarifs douaniers américains, a affirmé la chaîne de télévision CNBC.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Énergies fossiles: prudence avec les «actifs échoués»

BALADO - La Banque du Canada met en garde les investisseurs dans sa dernière Revue du système financier - 2019.

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

C2 Montréal: le chef Marcus Samuelsson parle de santé mentale

BLOGUE. À 23 ans, il fut le plus jeune chef couronné de 3 étoiles. Il vient d'ouvrir son premier restaurant à Montréal.