Bourse: Wall Street inquiète des tensions entre les É-U et la Chine

Publié le 30/08/2018 à 10:13, mis à jour le 30/08/2018 à 17:10

Bourse: Wall Street inquiète des tensions entre les É-U et la Chine

Publié le 30/08/2018 à 10:13, mis à jour le 30/08/2018 à 17:10

(Photo: Getty)

REVUE DES MARCHÉS. Bousculée en cours de séance par des informations sur la volonté du président américain d'imposer de nouvelles sanctions chinoises dès la semaine prochaine, la Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi.


Indices


À New York, l'indice S&P 500 termine la journée sur un recul de 0,44%, à 2 901 points.


Le Dow Jones a perdu 0,53% à 25 986 points.


Le Nasdaq a cédé 0,26% à 8 088 points.


À Toronto, le S&P/TSX a baissé de 0,11% à 16 371 points.


Contexte


Les indices avaient démarré la séance en légère baisse, les investisseurs marquant une pause après avoir fait grimper à des records le Nasdaq et le S&P 500 pendant quatre séances consécutives.


Ils avaient ensuite regagné un peu de terrain alors que se poursuivent à Washington d'intenses négociations entre les États-Unis et le Canada sur une nouvelle version du traité de libre-échange nord-américain (Aléna).


Mais la Bourse de New York a soudainement piqué du nez après la parution d'informations sur l'apparent soutien du président américain Donald Trump à des sanctions chinoises supplémentaires dès la semaine prochaine.


Selon l'agence Bloomberg, le locataire de la Maison Blanche souhaiterait mettre en oeuvre une nouvelle salve de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés aux États-Unis «dès que se terminera la semaine prochaine la période de consultations publiques» sur ce sujet, le 6 septembre.


«On s'attendait (ce matin) à avoir des bonnes nouvelles du côté du Canada. Malheureusement le président a réitéré son intention de faire pression sur la Chine», a souligné Art Hogan de B. Riley FBR. «Les investisseurs ont réagi négativement».


Des entreprises sensibles aux tribulations des négociations entre Washington et Pékin en ont fait les frais: Boeing a perdu 0,94%, Caterpillar 1,97% et John Deere 1,83%.


Il n'est toutefois «pas inattendu de voir les investisseurs lâcher un peu de lest après ce qui a été une belle envolée», a remarqué JJ Kinahan de TD Ameritrade. «Et il ne serait pas étonnant que cela continue jusqu'à vendredi soir avec des acteurs du marché qui souhaitent engranger un peu de profits avant un long week-end», lundi étant férié aux États-Unis, a-t-il ajouté.


Amazon à plus de 2 000 dollars


Le marché obligataire se détendait un peu: le taux à dix ans sur la dette américaine évoluait en fin d'après-midi à 2,860% contre 2,884% à la clôture mercredi, et celui à 30 ans à 3,006% contre 3,021% la veille. 


Les indicateurs du jour étaient disparates.


Les dépenses des ménages américains ont avancé de 0,4% en juillet, tandis que leurs revenus ont progressé plus lentement, de 0,3%.


L'inflation sur un an aux États-Unis a grimpé de son côté en juillet à son plus haut niveau depuis six ans, à 2,3%. 


Cette progression de l'inflation «n'est pas en soi inquiétante», selon JJ Kinahan. «Il est important que les investisseurs gardent cette statistique sur leur radar car quand les prix commencent à vraiment grimper, ils ont tendance à le faire très rapidement. Mais pour l'instant, l'inflation reste mesurée», a-t-il estimé. 


Sur le front des valeurs, le groupe agroalimentaire Campbell Soup a reculé de 2,10% après avoir annoncé la mise en vente de deux unités, dédiées à ses activités à l'international et aux produits frais, suite à une revue stratégique engagée en mai.


Le spécialiste des logiciels Salesforce.com a perdu 1,72% après avoir fait part de prévisions décevantes pour le trimestre en cours.


Amazon est monté de 0,21% à 2.002,38 dollars, dépassant ainsi pour la première fois le seuil symbolique des 2 000 dollars.


L'éditeur de jeux vidéo Electronic Arts (EA) a plongé de 9,79% alors que le groupe a retardé de quatre semaines le lancement de la nouvelle version d'un produit phare, Battlefield 5, et révisé en conséquence à la baisse ses prévisions annuelles.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

«Aflac augmente son dividende chaque année depuis des décennies»

Édition du 20 Avril 2019 | Stéphane Rolland

STÉPHANE ROLLAND - Comment percevez-vous le marché en ce moment ?CONSTANTINE KOSTARAKIS - Prédire où iront les ...

Cinq relances québécoises sous la loupe

Édition du 23 Mars 2019 | Dominique Beauchamp

Ces cinq sociétés québécoises sont toutes tombées de leur piédestal à la Bourse l'an dernier. Sont-elles en ...

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

16:42 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.