Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, Dow Jones et S&P 500 à un souffle du record

Publié le 20/10/2021 à 09:38, mis à jour le 20/10/2021 à 17:11

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, Dow Jones et S&P 500 à un souffle du record

Publié le 20/10/2021 à 09:38, mis à jour le 20/10/2021 à 17:11

(Photo: 123RF)

REVUE DES MARCHÉS. Deux des trois principaux indices de Wall Street ont frôlé des records mercredi à New York, le marché reprenant confiance dans l’économie américaine et la propension des entreprises à gérer inflation et difficultés d’approvisionnement.

L'indice phare de la Bourse de Toronto a poursuivi mercredi son incursion en territoire record, soutenu par les gains des actions des grands chemins de fer du pays.

 

Les indices 

À Toronto, le S&P/TSX a monté de 101,20 points (+0,48%) à 21 188,19 points.

À New York, le S&P 500 a terminé en hausse de 16,56 points (+0,37%) à 4 536,19 points.

Le Nasdaq a clôturé en baisse de 7,41 points (-0,05%) à 15 121,68 points.

Le DOW a récolté 152,03 points (+0,43%) à 35 609,34 points.

Le huard a augmenté de 0,0025 $US (+0,31%) à 0,8116 $US.

Le pétrole a progressé de 1,29 $US (+1,55%) à 84,25 $US. 

L'or a pris 16,00 $US (+0,90%) à 1 786,50 $ US.

Le Bitcoin a grimpé de 1 701,17 $US (+2,65%) à 65 951,45 $US.

 

Suite à son entrée à la bourse de New York cette semaineplusieurs mois après celle de Toronto. Les affaires vous proposera désormais le taux du Bitcoin dans sa revue des indices. 

 

Le contexte

«Le mois d’octobre est l’opposé de septembre», a commenté Jack Ablin, responsable de l’investissement au sein de la société de gestion Cresset Capital.

«Parce que nous nous rendons compte que l’économie est solide», a-t-il expliqué. «Quant aux taux d’intérêt, ils remontent», ce que redoutent en général les marchés actions, «mais ils sont encore nettement en deçà du niveau auquel ils devraient être».

En outre, après s’être emballés à l’idée d’un resserrement monétaire anticipé, les opérateurs ne tablent plus avec la même ardeur sur un relèvement des taux à court terme.

Le taux des emprunts d’État américains à deux ans s’est ainsi brusquement détendu, à 1,37% contre 1,44% lundi. Le rendement à 10 ans, lui, se stabilisait à 1,64% contre 1,63% mardi.

À l’observation des premières publications d’entreprises ces dix derniers jours, les investisseurs se satisfont de la façon dont elles compensent poussée inflationniste et problèmes d’approvisionnement.

«Nous n’avons pas encore entendu le secteur du commerce de détail», potentiellement le plus touché par ces deux facteurs, a prévenu Jack Ablin, «mais ce qu’on a vu pour l’instant est très encourageant».

Dans son Livre beige, enquête publiée mercredi, la Banque centrale américaine (Fed) a relevé que malgré l’inflation beaucoup d’entreprises faisaient état d’une « plus grande propension à relayer les hausses de coûts » aux consommateurs.

«Nous pensons que les actions peuvent monter davantage dans ce marché haussier (…) parce que de nombreuses sociétés ont la marge de manœuvre pour relever leurs prix», a dit Chris Zaccarelli, d’Independent Advisor Alliance.

Pinterest (PINS) recherché par PaypalA la cote, l’action de Pinterest, qui associe réseau social et partage de photos, s’est envolée mercredi après que l’agence Bloomberg a fait état de discussions portant sur son éventuel rachat par le prestataire de services de paiement en ligne PayPal.

Le titre a pris jusqu’à 18% en séance, entraînant une brève suspension de cotation, avant de finir en hausse de 12,77% à 62,68 $US. PayPal (PYPL) a lui abandonné 4,91% à 258,36 $US.

Selon Bloomberg, les deux groupes auraient évoqué un prix d’acquisition de 70 $US par action, ce qui valoriserait Pinterest environ 44 milliards de $US, en prenant en compte le total des titres en circulation.

Netflix (NFLX) s’est replié (-2,17% à 625,14 $US) malgré des résultats supérieurs aux attentes et un gain net d’abonnés (4,4 millions) sensiblement plus élevé que prévu par les analystes.

Le marché a relevé la prudence de la prévision de bénéfice net par action qu’a donnée le groupe pour le quatrième trimestre, assez nettement inférieure aux attentes (80 cents contre 1,12 dollar).

Au lendemain du début de cotation à Wall Street du premier fonds indiciel (ETF) lié au bitcoin, l’univers des cryptomonnaies a continué à bénéficier de ce qui est considéré par beaucoup comme une étape importante de la popularisation des monnaies virtuelles.

Le titre de la plateforme d’échanges de cryptomonnaies Coinbase (COIN) a gagné 2,97% à 314,71 $US, tandis que le fameux fonds arrivé mardi à la Bourse de New York a enregistré mercredi quelque 1,27 milliard de $US d’échanges.

Le bitcoin, lui, a pulvérisé son record de 64 870 $US, atteint en avril, approchant même 67 000 $US (66 976) avant de se replier. 

Novavax (NVAX) a dévissé (-14,76% à 136,86 $US) après la publication d’un article sur le site Politico affirmant que les difficultés que rencontre le laboratoire américain pour développer son propre vaccin contre le coronavirus sont plus importantes que rapportées jusqu’ici.

Toujours selon l’article, Novavax ne parvient pas, pour l’instant, à satisfaire aux conditions de production de masse du vaccin. Le laboratoire a réagi dans un communiqué, se disant confiant dans sa capacité industrielle et dans le respect de son calendrier.

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

03/12/2021 | lesaffaires.com

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

DocuSign s'effondre en Bourse alors que se dissipe le boom lié à la pandémie

03/12/2021 | AFP

Le titre de DocuSign chutait d'environ 40% à Wall Street après avoir prévenu que sa croissance allait se tasser.

À la une

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.