Bourse: les marchés nord-américains terminent en hausse

Publié le 18/09/2018 à 10:09, mis à jour le 18/09/2018 à 16:49

Bourse: les marchés nord-américains terminent en hausse

Publié le 18/09/2018 à 10:09, mis à jour le 18/09/2018 à 16:49

[Photo: Getty Images]

REVUE DES MARCHÉS  Wall Street, voyant certains signaux d’optimisme dans une nouvelle salve de sanctions douanières entre Pékin et Washington, a terminé en hausse mardi. À Toronto, la Bourse a affiché son plus important gain en une séance en plus de deux mois, soutenue par l’optimisme vis-à-vis du commerce, pendant que le dollar canadien profitait de la baisse du billet vert américain et de la hausse du prix du pétrole brut.


Indices


Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,71 % à 26 246,96 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,76 % à 7 956,11 points.


L’indice élargi S&P 500 a pris 0,54 % à 2 904,31 points.


L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 113,73 points pour clôturer à 16 196,04 points.


Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 76,97 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de la veille, de 76,81 cents US.


Contexte


A quelques heures d’intervalle, les États-Unis ont imposé une taxe de 10 % sur 200 milliards de dollars de biens chinois importés, et la Chine a répliqué avec une taxe supplémentaire sur 60 milliards de dollars de produits américains importés.


La sanction américaine a surpris positivement les observateurs du marché, car « ils s’attendaient à des sanctions plus dures » a remarqué Adam Sarhan de 50 Park Investments, soit une taxe de 25 % évoquée initialement par l’administration américaine.


« C’est le signe que Donald Trump a conscience de la pression qui pèse sur lui. Plus il augmentera les taxes douanières avant les achats de Noël, plus il risque d’être impopulaire », a souligné Karl Haeling de LBBW.


L’effet de la guerre commerciale à laquelle se livrent les deux pays était par ailleurs relativisé par certains. « Le coût de ces mesures protectionnistes n’est concentré qu’entre les deux pays », a ainsi affirmé la banque Barclays dans une note publiée mardi.


« Tandis que ces deux pays vont sans doute s’échanger moins de produits, ils devraient commercer davantage avec d’autres et également développer leur marché intérieur », précise cette note.


La banque, qui anticipe à plus long terme des tarifs américains de 20 % sur l’ensemble des importations en provenance de Chine, estime que le coût du protectionnisme sur la richesse nationale sera « relativement modeste ».


Le marché obligataire se tendait: le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans montait à 3,053 %, contre 2,987 % lundi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,197 %, contre 3,128 % à la précédente clôture.


L’une des raisons de cette forte hausse des taux était liée, selon M. Haeling, à la crainte que Pékin ne décide de vendre une partie de la dette américaine qu’elle détient, en représailles contre Washington.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les choses ont bien changé durant la dernière décennie

BLOGUE INVITÉ. Le 9 mars 2009, le S&P 500 a atteint un creux de 676,53. 10 ans plus tard, les temps ont changé.

Embargo sur du canola canadien: Carr attend toujours des preuves de Pékin

La Chine a suspendu les importations de canola de Richardson, prétextant la présence d'«organismes dangereux».

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.