Bourse: aidée par Walmart et Cisco, Wall Street termine au vert

Publié le 16/05/2019 à 09:30, mis à jour le 16/05/2019 à 16:40

Bourse: aidée par Walmart et Cisco, Wall Street termine au vert

Publié le 16/05/2019 à 09:30, mis à jour le 16/05/2019 à 16:40

(Photo: Getty Images)

La Bourse de New York a terminé dans le vert jeudi, portée par les résultats meilleurs que prévu de Cisco et Walmart et des indicateurs américains encourageants dans un marché continuant à surveiller les tensions sino-américaines.

Indices

À Toronto, à la clôture, le S&P/TSX gagnait 77%, ou 125 points, à 16 443 points. 

L’indice composé S&P 500 avançait de 0,89%, ou de 25 points, à 2 876 points.

Le Dow Jones, l’indice vedette de la Bourse de New York, gagnait 0,84%, ou 214 points, à 25 862 points. 

Le Nasdaq s’appréciait de 0,97%, ou de 76 points, à 7 898 points. 

Contexte 

Après trois journées de hausse, les indices «ont presque rattrapé tout le terrain perdu lors de la séance très mouvementée de lundi», a relevé Ken Berman de Gorilla Trades.

Jeudi, «la combinaison d'un apaisement des tensions commerciales, des chiffres encourageants sur l'économie américaine et des résultats d'entreprises meilleurs que prévu ont alimenté la bonne disposition des investisseurs», a-t-il noté.

Reflet de l'appétit des investisseurs pour le risque, a-t-il souligné, les rendements sur le marché obligataire, le pétrole et les marchés actions étaient en hausse. À l'inverse les valeurs prisés pour leur apparente sûreté, comme le yen et l'or, reculaient.

Les investisseurs ont particulièrement salué les performances trimestrielles du géant de la distribution Walmart (+1,43%) et de l'équipementier en télécoms Cisco (+6,66%), deux membres du Dow Jones.

Les statistiques sur la santé de l'économie américaine diffusées jeudi ont permis de leur côté d'atténuer les chiffres décevants publiés la veille sur les ventes au détail et la production industrielle. 

Les mises en chantier de logements ont rebondi plus que prévu en avril dans le pays tandis que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont reculé plus que prévu pour la semaine achevée le 11 mai. 

Les investisseurs continuaient par ailleurs à surveiller les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Moins d'une semaine après l'échec de tractations entre les deux pays, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé mercredi au Sénat qu'il se rendrait à Pékin dans un proche avenir afin de reprendre les négociations. Le ministère chinois du Commerce a toutefois indiqué jeudi n'avoir «aucune information» sur une visite des responsables américains.

Le président américain Donald Trump a aussi interdit mercredi aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure «d'urgence nationale» ciblant d'abord la Chine et l'opérateur Huawei.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des États-Unis montait à 2,397%, contre 2,373% mercredi soir.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Près de 2M$ pour l'expansion de PhenoSwitch Bioscience

14:30 | Pascal Forget

PME DE LA SEMAINE. PhenoSwitch Bioscience, de Sherbrooke, obtient un financement de 2M$ pour accélérer son expansion.

Quel avenir pour les taux? Heure cruciale pour la Fed

12:17 | AFP

Le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, va prononcer vendredi à Jackson Hole un discours crucial.

La Fed veut garder «ses options ouvertes» sur l'évolution des taux

21/08/2019 | AFP

La Fed estime que la faible croissance mondiale et les tensions commerciales risquaient de ralentir l'économie des É-U.