Bourse: Wall Street encaisse sa pire journée de l'année

Publié le 05/08/2019 à 09:46, mis à jour le 05/08/2019 à 16:57

Bourse: Wall Street encaisse sa pire journée de l'année

Publié le 05/08/2019 à 09:46, mis à jour le 05/08/2019 à 16:57

Deux courtiers

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street s'est nettement enfoncé dans le rouge lundi, subissant de plein fouet le regain des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, marqué par le net recul de la devise chinoise face au dollar.

Indices

À Wall Street le S&P 500 a flanché de 2,98 %, ou de 87 points, à 2 844 points.

Le Dow Jones a laissé aller 2,90 %, ou 767 points, à 25 717 points.

Le Nasdaq a chuté de 3,47 %, ou de 278 points, à 7 726 points.

Le huard reculait de 0,09%, s'échangeant contre 0,7563$US.

Le pétrole a baissé de 1,28%, ou de 0,71$US, à 54,95$US.

L'or a gagné 1,28%, ou 18,60$US, à 1476,10$US.

Contexte

L’escalade de la guerre commerciale sino-américaine a lourdement pesé sur la Bourse de New York.

Ce conflit a connu un nouvel épisode lundi avec la dégringolade du yuan, la devise chinoise, qui a passé la barre des 7 yuans pour un dollar pour la première fois depuis 2008.

Vers 16H15, le yuan onshore évoluait à 7,0507 yuans pour un dollar, son plus bas niveau en 11 ans, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations.

À (re)lire: Est-ce déjà la fin des vacances en Bourse?

Le président américain, Donald Trump, a, sans surprise, réagi en dénonçant une « manipulation de la monnaie ». « Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps », a-t-il tweeté.

La dépréciation du yuan fait suite à la menace du locataire de la Maison Blanche d’imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre. 

« La Chine a riposté : sur une échelle de 1 à 10, c’est un 11. Ces représailles aux nouveaux tarifs douaniers américains ont pour but d’attirer l’attention du président (Trump, NDLR). Si tel est bien l’objectif, il a été atteint", a noté Chris Krueger, de Cowen Washington Research Group.

Le fort repli de lundi intervient pourtant dans un contexte très favorable aux principaux indices de Wall Street, qui ont battu leurs records ces dernières semaines.

« Les investisseurs doivent garder à l’esprit qu’avant la journée d’aujourd’hui, le S&P 500 avait gagné un peu plus de 18 % au cours de l’année », a rappelé Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

« On a vu une augmentation massive sur le marché des actions jusqu’à maintenant. Un réajustement était inévitable », a ajouté l’expert, pour qui les tensions commerciales font partie du cycle normal de négociations « à la dure ».

L’agitation ambiante à Wall Street est par ailleurs amplifiée en période estivale par des mouvements moins nombreux sur le marché des actions, et donc des variations plus fortement ressenties.  

La volatilité à la Bourse new-yorkaise, mesurée par l’indice VIX, a ainsi grimpé à son plus haut niveau depuis le début de l’année.

Les investisseurs marquaient en revanche un intérêt accru pour des actifs jugés plus sûrs, comme les bons du Trésor américains : le taux d’intérêt sur la dette américaine à 10 ans reculait aux alentours de 16H15 à 1,7227 %, son plus bas niveau depuis 2016

À la une

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

29/05/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.