Le pire ennemi de l'investisseur, c'est... lui !


Édition du 17 Juin 2017

Le pire ennemi de l'investisseur, c'est... lui !


Édition du 17 Juin 2017

EXPERT INVITÉ : Christopher Davis est directeur de la recherche sur les gestionnaires à Morningstar Canada.

L'investisseur canadien moyen a obtenu de moins bons rendements que le fonds moyen ces 10 dernières années. Jusqu'en décembre 2016, le fonds moyen d'actions canadiennes diversifiées a eu un rendement de 4,37 %, et pourtant l'investisseur moyen dans les fonds d'actions canadiennes diversifiées a gagné 2,99 % sur 10 ans : un écart de 1,38 %. Cet écart coûte cher : en dollars, la différence entre les deux chiffres est égale à un manque à gagner de près de 20 000 $ sur un placement de 100 000 $.

Lorsque toutes les catégories de fonds sont prises en compte, le fonds canadien moyen a gagné 4 % pendant la décennie, contre 3,31 % pour l'investisseur moyen dans les fonds.

Notre recherche compare les rendements des fonds pondérés dans le temps, méthode presque toujours utilisée pour afficher les rendements totaux, avec les rendements obtenus par les investisseurs, et ce, pour toutes les grandes catégories d'actifs. Les rendements des investisseurs utilisent les mouvements d'actifs mensuels d'un fonds pour mesurer le rendement empoché par la plupart des détenteurs de fonds.

Le tableau 1 présente l'écart de rendement des investisseurs canadiens dans tous les types de fonds sur des périodes de 3 et 10 ans. Les investisseurs n'obtiennent qu'une fraction des rendements pondérés dans le temps de leurs fonds, parce qu'ils choisissent souvent des placements qui se sont déjà bien comportés et qu'ils vendent trop vite quand leurs avoirs sont en difficulté. Autrement dit, les investisseurs achètent au prix fort et vendent à bas prix, renonçant au passage à une bonne part des rendements de leur fonds.

N'en faites pas trop

Les investisseurs confondent souvent l'action avec les progrès. Parfois, la meilleure chose à faire est de ne rien faire du tout. Notre étude a mis cette proposition à l'épreuve en pondérant les rendements selon les actifs à partir du niveau auquel les actifs se trouvaient au début de chaque période. Nous avons trouvé que le portefeuille sans intervention a produit des résultats légèrement meilleurs que ceux de l'investisseur, et meilleurs que les rendements moyens bruts dans chaque catégorie d'actifs. Il n'y a qu'une exception du côté des fonds à revenu fixe, catégorie dans laquelle les rendements de l'investisseur ont pris l'ascendant.

Illustrons concrètement : le portefeuille passif dans le fonds d'actions diversifiées typique aurait eu un rendement de 4,5 % - un poil de plus que le rendement du fonds moyen (4,4 %), et bien plus que le rendement moyen des investisseurs. Le tableau 2 illustre les rendements sur 10 ans du portefeuille sans intervention, les rendements totaux et les rendements des investisseurs dans tous les types de fonds.

L'achat périodique par sommes fixes est votre ami

Les investisseurs commettent habituellement leurs plus grosses erreurs quand ils se laissent emporter par leurs émotions. Le meilleur antidote est la discipline. Un excellent facteur de renforcement de la discipline est fourni par les achats périodiques par sommes fixes, qui consistent à investir des montants réguliers à des intervalles préétablis. Cette pratique a l'avantage d'éliminer la cause primaire des mauvais rendements des investisseurs, soit le choix du mauvais moment.

Et elle fait des merveilles pour les rendements des investisseurs. En Australie, presque chaque personne qui travaille investit une partie de son salaire dans des fonds de retraite dans le cadre du système de retraite mis en place par le gouvernement du pays. Les rendements des investisseurs pour ces fonds ont dépassé de beaucoup leurs rendements totaux ces 10 dernières années. En fait, l'Australien moyen a surclassé le rendement du fonds de retraite moyen d'un montant remarquable de 2,4 points de pourcentage par an.

Malheureusement, nous ne pouvons pas dire avec certitude si les Canadiens remportent le même succès avec leurs régimes de retraite d'employeur. La plupart des régimes de retraite investissent dans des fonds en gestion commune qui ne sont pas ouverts au public, et ces deniers ne figuraient pas dans notre étude.

La volatilité pourrait être votre ennemie

Historiquement, les investisseurs ont fait un mauvais usage de la volatilité. La volatilité élevée dans un marché en hausse donne aux investisseurs l'illusion qu'ils peuvent gagner gros, alors que la volatilité à la baisse les incite à fuir de peur de perdre de l'argent. Ces comportements dictent le schéma d'achat au prix fort et de vente à bas prix qui se traduit par des rendements médiocres pour l'investisseur.

Les types de fonds moins volatils ont souvent fourni de meilleurs rendements aux investisseurs. Sur la période de 10 ans, l'écart de rendement a été plus faible parmi les fonds d'allocation, dont la combinaison d'actions et d'obligations adoucit la volatilité, que parmi les fonds d'actions purs. Et l'investisseur moyen dans les fonds d'obligations a pris de vitesse le fonds obligataire moyen.

Ce qui est vrai à propos des rendements traditionnels pondérés dans le temps est aussi vrai des rendements des investisseurs : les rendements passés ne vont pas nécessairement prédire les résultats futurs. D'où l'importance de savoir non seulement comment un fonds s'est comporté, mais de comprendre comment il investit. Des dangers tels que la concentration de portefeuille ou les taux d'intérêt élevés et le risque lié au crédit peuvent rester cachés pendant longtemps, mais finiront probablement par faire surface à un moment ou à un autre. Les investisseurs doivent se connaître assez bien pour laisser passer l'inévitable orage avant de prendre ces risques.

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.