Vers une privatisation d'Indigo à la suite d'une offre bonifiée

Publié le 03/04/2024 à 08:57

Vers une privatisation d'Indigo à la suite d'une offre bonifiée

Publié le 03/04/2024 à 08:57

Par La Presse Canadienne

Indigo a annoncé des licenciements plus tôt cette année dans le cadre d’efforts continus visant à rationaliser ses opérations. (Photo: La Presse Canadienne)

La chaîne de librairies Indigo Books & Music a accepté d’être privatisée après avoir accepté une offre bonifiée d’une société de portefeuille liée à son principal actionnaire.

Le détaillant affirme que son accord verra Trilogy Retail Holdings et Trilogy Investments L.P. payer 2,50 $ par action en espèces pour la participation dans Indigo qu’elles ne possèdent pas encore.

Les sociétés Trilogy, détenues par Gerald Schwartz, l’époux de la cheffe de direction d’Indigo, Heather Reisman, ont offert à Indigo 2,25 $ par action en espèces en février.

Indigo n’a pas précisé ce qui a poussé Trilogy à augmenter son offre. La chaîne de librairies a toutefois précisé que le nouveau prix reflète une prime de 69% par rapport au cours de l’action de 1,48 $ qu’Indigo avait lorsque Trilogy a fait son offre pour la première fois.

Les actions du détaillant, qui a annoncé l’entente après la fermeture des marchés, ont terminé mardi en baisse de cinq cents à 2,01 $ à la Bourse de Toronto.

Indigo affirme qu’un comité indépendant de son conseil d’administration a récemment recommandé à l’unanimité à la société d’accepter la dernière offre de Trilogy.

Si les actionnaires acceptent l’accord lors du vote en mai, Indigo prévoit que la transaction sera conclue en juin et que ses actions seront radiées de la Bourse de Toronto quelque temps après.

«Nous pensons que cette transaction offrira aux actionnaires minoritaires une prime substantielle pour leurs actions après des années difficiles pour l’entreprise, tout en assurant également un avenir solide à Indigo avec une pleine propriété par une équipe qui a démontré un profond engagement envers la mission d’Indigo», a déclaré le président du conseil d’administration d’Indigo, Markus Dohle, dans un communiqué.

Au cours des deux dernières années, Indigo a été confrontée à une attaque par rançongiciel qui a paralysé son site web pendant une longue période et au départ de plusieurs membres du conseil d’administration, dont un qui a confié avoir subi une «perte de confiance dans la direction du conseil d’administration».

Au milieu de ces défis, la fondatrice d’Indigo, Heatherme Reisman, est revenue à la tête de l’entreprise après avoir pris sa retraite à l’été 2023.

Indigo a annoncé des licenciements plus tôt cette année dans le cadre d’efforts continus visant à rationaliser ses opérations.

L’entreprise avait déclaré à l’époque que ces réductions faisaient partie de son plan stratégique visant à ramener l’entreprise à la rentabilité.

Par l’intermédiaire des sociétés Trilogy, Gerald Schwartz est l’actionnaire majoritaire d’Indigo. Il possède environ 56% des actions ordinaires émises et en circulation de la société, tandis que 4,6% appartiennent à Heather Reisman par l’intermédiaire d’une autre société de holding.

Trilogy a déclaré qu’elle n’était pas intéressée par la vente de ses actions.

 

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.