Une importante acquisition en vue pour Canopy aux États-Unis

Publié le 18/04/2019 à 16:45

Une importante acquisition en vue pour Canopy aux États-Unis

Publié le 18/04/2019 à 16:45

Par La Presse Canadienne
Une feuille de cannabis sur des billets américains

(Photo: 123RF)

Canopy Growth a conclu une entente en vue d’acquérir la société américaine Acreage Holdings dans le cadre d’une transaction évaluée à 3,4 milliards $ US advenant la légalisation du cannabis par les autorités fédérales aux États-Unis.


Dans le cadre de cet accord en actions et en espèces, la société de cannabis de Smiths Falls, en Ontario, obtiendrait la totalité des actions de la new-yorkaise, sous réserve de la légalisation par le gouvernement fédéral de la production et de la vente de cannabis au sud de la frontière.


« Notre droit d’acquérir Acreage sécurise notre stratégie d’entrée aux États-Unis dès qu’une voie aura été autorisée par le gouvernement fédéral », a expliqué le président et cochef de la direction de Canopy, Bruce Linton, dans un communiqué. « En associant l’équipe de direction, les licences et les actifs d’Acreage à la propriété intellectuelle et aux marques de Canopy Growth, les actionnaires des deux sociétés bénéficieront d’une création de valeur considérable. »


Bien que le cannabis médical et récréatif soit légal dans plusieurs États américains, il reste illégal au niveau fédéral et est considéré comme une drogue de l’annexe 1. En outre, les sociétés canadiennes de cannabis ayant des contrats avec les États-Unis ne peuvent pas être inscrites à la Bourse de Toronto et les producteurs américains de marijuana ne peuvent pas être inscrits aux Bourses des États-Unis.


Cependant, le climat politique au sud de la frontière s’ouvre de plus en plus au cannabis. La légalisation fédérale de la marijuana aux États-Unis ouvrirait la porte aux entreprises canadiennes inscrites à la cote du TSX pour accéder à ce vaste marché lucratif.


Le marché américain du cannabis, en tenant compte des ventes illicites, représente entre 35 et 50 milliards $ US, soit près de dix fois la taille du marché canadien, a observé Michael Lavery, analyste chez Piper Jaffray & Co.


« Nous sommes convaincus que l’empreinte mondiale de Canopy et celle d’Acreage aux États-Unis devraient positionner la société pour une dynamique de croissance durable », a-t-il fait valoir dans une note à ses clients.


L’action de Canopy a grimpé de 11,8 % à la Bourse de Toronto, en matinée jeudi, pour atteindre 63,85 $, mais elle se négociait à 60,78 $ en après-midi, en hausse de 6,4 %. Le titre d’Acreage, à la Bourse des valeurs canadiennes, prenait pour sa part 1,2 % à 22,75 $ en après-midi.


Acreage, dont le conseil d’administration comprend l’ancien premier ministre canadien Brian Mulroney, détient des licences d’exploitation ou a conclu des contrats de services de gestion avec des détenteurs de licences dans 20 États, y compris des acquisitions en cours.


Les sociétés ont également annoncé qu’elles signeraient un accord de licence permettant à Acreage d’avoir accès aux marques de Canopy Growth, notamment Tweed et Tokyo Smoke, ainsi qu’à d’autres droits de propriété intellectuelle.


En vertu de l’entente, les actionnaires d’Acreage vont recevoir un paiement immédiat d’environ 2,55 $ US par action de vote subalterne ou 300 millions $ US.


Lorsque le cannabis sera légal au niveau fédéral en sol américain, Canopy offrira 0,5818 action supplémentaire de Canopy pour chaque action à droit de vote subalterne d’Acreage.


« Avoir accès aux ressources approfondies de Canopy Growth nous permettra d’innover, de développer et de distribuer des marques de cannabis de qualité aux États-Unis et de continuer à étendre notre empreinte aux États-Unis », a affirmé dans un communiqué le chef de la direction d’Acreage Holdings, Kevin Murphy.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

10 choses à savoir lundi

Goodfood pollue moins que l'épicerie, l'action d'Amazon à 3000$US, cette enceinte recycle le plastique non-recyclable!

La gentillesse, un vilain défaut au travail?

BLOGUE. Curieusement, trop de gentillesse peut nuire à la performance d'une équipe, et même de l'entreprise...

Bourse: ce qui bouge sur les marchés lundi

07:01 | LesAffaires.com et AFP

«Trump parle maintenant d'un accord commercial avec la Chine signé rapidement.»