Une crise financière en Chine est «peu probable»

Publié le 10/03/2014 à 10:31

Une crise financière en Chine est «peu probable»

Publié le 10/03/2014 à 10:31

Par Thomas Cottendin

Photo:Bloomberg

En observant les mauvais chiffres publiés par la Chine lundi matin, certains investisseurs ont eu des sueurs froides. Toutefois, une crise financière en Chine est «peu probable», dit une recherche de Bank of America Merrill Lynch.

À la surprise générale, les exportations de la Chine ont chuté de 18% en février, ce qui a conduit à un repli marqué des prix des matières premières lundi et à des inquiétudes sur la santé économique de la deuxième superpuissance monétaire mondiale.

Néanmoins, Ethan Harris, co-responsable de la recherche économique mondiale de Bank of America Merrill Lynch, affirme que le risque de crise financière en Chine est très faible.

«Depuis quelques mois, une grosse inquiétude pour les marchés est qu'un défaut de paiement de la Chine sur son marché obligataire serait le signal d'une crise financière encore plus importante», dit l'économiste.

«Toutefois, à notre sens, la situation chinoise est différente de celle des crises passées.»

Premier défaut d'un émetteur obligataire chinois

La semaine dernière, l'Empire du milieu, a été témoin du premier défaut d'un émetteur obligataire chinois sur son marché local: le fabricant d'équipements pour l'énergie solaire, Chaori Solar, a été dans l'incapacité d'honorer le paiement des intérêts sur sa dette... Mais ce défaut n'est pas le signal précurseur d'une crise, selon Ethan Harris.

L'économiste remarque que les défauts d'entreprises comparables à Chaori Solar sont «largement anticipés» par les investisseurs et que le marché obligataire continue d'être «une modeste part du marché de capitaux chinois.»

«Une crise majeure nécessiterait des annonces de mauvaises nouvelles en cascade: premièrement, il faudrait que les effets de la contagion des défauts sur les obligations soient importants, et, deuxièmement, que les efforts du gouvernement pour endiguer la crise soient inefficaces», écrit l'économiste.

L'intervention du gouvernement chinois est l'élément qui pesera surement le plus dans la balance. En effet, la Chine dispose d'importantes réserves monétaires qu'elle peut utiliser afin de contenir le feu qui couve. Le gouvernement chinois a les ressources et la volonté d'intervenir si la contagion pointe son nez, affirme M. Harris.

«Ils ont un déficit budgétaire relativement modeste et d'énormes réserves de monnaies étrangères. Et nous nous attendons à ce que les autorités chinoises interviennent fermement si une crise systémique émerge.»

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Les pros redeviennent prudents avant l'automne

BLOGUE. Les gros investisseurs redoutent le retour de la COVID-19 et son impact sur la reprise.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse

Mis à jour à 16:47 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Elle mise sur l'annonce de mesures supplémentaires de soutien à l'économie.

Titres en action: Boeing, Medicago, Wells Fargo, Citigroup...

Mis à jour à 12:54 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.