Une crise économique? Pas si vite

Publié le 13/03/2018 à 11:01

Une crise économique? Pas si vite

Publié le 13/03/2018 à 11:01

Par Catherine Charron

Si on en croit la Banque des règlements internationaux (BRI), le Canada est en proie à une importante crise financière. Stéfane Marion, économiste et stratège en chef de la Banque Nationale, se fait plus nuancé que ses homologues de la plus ancienne organisation financière internationale.


Dans un communiqué, il note plusieurs éléments qui atténuent les propos de la BRI émis dans son rapport trimestriel, en commençant par le grand responsable de ladite crise: l’importance du crédit privé dans l’économie canadienne.


Sa première mise en perspective concerne l’évaluation du ratio du crédit par rapport au produit intérieur brut(PIB) à long terme, l’un des facteurs de risque où le Canada affichait une piètre performance. Dans la structure financière canadienne, «le crédit privé comprend les sociétés d’État, qui répondent de la capacité à payer des gouvernements provinciaux ou fédéral», mentionne Stéfane Marion.


Il rappelle que la Banque du Canada ne tiendrait pas compte des prêts entre sociétés affiliées puisque ceux-ci ne sont pas accordés par une institution financière. «Ces ajustements à eux seuls réduisent le ratio crédit/PIB du Canada de 213% à un niveau beaucoup moins menaçant de 170%», démontre-t-il.


L’économiste en chef de la Banque Nationale met en garde contre la méthodologie utilisée par la Banque des règlements internationaux. Il dénonce le fait que la démographie et la structure du marché du travail, deux éléments clés selon lui pour «évaluer la viabilité à long terme d’un système bancaire national», n’ont pas été considérées dans leurs calculs.


Ce non-sens est d’autant plus flagrant puisqu’en 2017, l’emploi au Canada a connu sa plus importante croissance des 15 dernières années, le plaçant au deuxième rang parmi les pays de l’OCDE avec un taux de 62%. «Pendant ce temps, le rapport de la BRI suggère que tout va bien en Italie et en Espagne où moins de 40% de la population est employée», s’étonne Stéfane Marion.


À (re)lire: Le spectre d’une crise économique plane-t-il sur le Canada?


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Le huard, otage de la rhétorique de Donald Trump

Le huard est coincé entre la rhétorique de Trump et l'espoir que ses menaces sont une tactique de négociation.

La chasse aux comptes bancaires, une tâche primordiale

15/06/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE. Parmi les lourdes tâches du liquidateur figure la chasse aux comptes bancaires, peut-être oubliés...

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.