Twitter veut doubler au moins ses revenus d’ici 2023

Publié le 25/02/2021 à 11:31

Twitter veut doubler au moins ses revenus d’ici 2023

Publié le 25/02/2021 à 11:31

Par AFP

(Photo: 123RF)

Twitter (TWTR) a annoncé jeudi miser sur une forte accélération de son nombre d’utilisateurs quotidiens dits « monétisables » et veut doubler au moins ses revenus d’ici 2023, un optimisme qui a provoqué le bond de l’action à Wall Street.

Dans un document adressé au gendarme de la Bourse américain, la SEC, le groupe de Jack Dorsey explique vouloir atteindre le cap des 315 millions d’utilisateurs « monétisables » en 2023, contre 192 millions fin 2020, soit 123 millions de nouveaux utilisateurs en trois ans.

Les utilisateurs « monétisables » sont ceux qui se connectent quotidiennement et qui peuvent voir des pubs. Leur augmentation est un signal positif à l’attention des annonceurs qui cherchent à vendre leurs produits ou leurs services sur la plateforme. Twitter, comme Google et Facebook, tire une grosse partie de ses revenus des recettes publicitaires.

Le réseau des gazouillis a également enchanté les marchés en affirmant viser un chiffre d’affaires annuel d’« au moins » 7,5 milliards de dollars en 2023, soit plus du double des 3,7 milliards réalisés l’an dernier.

C’est la première fois que Twitter, qui va s’adresser jeudi aux marchés et plus particulièrement aux analystes, fait part d’objectifs financiers sur le long terme.

Ces annonces étaient saluées à Wall Street où le titre gagnait plus de 6% dans les premiers échanges.

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.