Stingray augmente considérablement ses revenus grâce à l'acquisition de NCC

Publié le 07/02/2019 à 06:42

Stingray augmente considérablement ses revenus grâce à l'acquisition de NCC

Publié le 07/02/2019 à 06:42

Par La Presse Canadienne

Le fournisseur québécois de services musicaux Stingray a enregistré des hausses majeures de ses revenus et de son bénéfice ajusté au troisième trimestre, résultant du grand coup marqué par l'acquisition en 2018 du réseau de radio traditionnelle Newfoundland Capital (NCC).

Le bénéfice ajusté a augmenté de 106,1 pour cent, à 12,4 millions $, ou 18 cents par action, par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Les revenus ont augmenté de plus de 100 pour cent pour atteindre 70,8 millions $.

L'entreprise a tout de même affiché une perte nette de 18,1 millions $, ou 26 cents par action, pour ce trimestre clos le 31 décembre 2018. Un an plus tôt, l'entreprise avait enregistré un bénéfice net de 737 000 $, ou un cent par action.

Stingray a expliqué principalement cette perte nette par des charges non récurrentes totalisant 35,3 millions $ «se rapportant aux avantages tangibles exigés par le CRTC et aux coûts d'acquisition liés à la transaction visant NCC».

Le fournisseur de services musicaux a effectué en mai 2018 une intrusion dans le secteur de la radio traditionnelle en avalant Newfoundland Capital pour un demi-milliard de dollars. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a donné son feu vert à l'acquisition en octobre.

L'entreprise établie en Nouvelle-Écosse détenait 101 licences — 82 sur la bande FM et 19 sur la bande AM.

Le président, chef de la direction et cofondateur de Stingray, Eric Boyko, a fait valoir que l'acquisition de NCC avait transformé les activités de l'entreprise et «contribué de manière importante» aux résultats du troisième trimestre.

«La capacité de NCC de générer des flux de trésorerie disponibles significatifs a été un facteur important dans la décision de procéder à son acquisition», a-t-il souligné par communiqué.

«Même si l'on ne tient pas compte de la pleine contribution de l'acquisition au cours du trimestre, les flux de trésorerie disponible ajustés ont doublé pour atteindre 16 millions $, ce qui nous a permis de porter le dividende à 0,065 $ par action, soit 18,2 pour cent de plus que le dividende de la période correspondante de l'exercice précédent», a ajouté M. Boyko.

Le chef de la direction a aussi souligné un nouveau sommet du nombre d'abonnés aux services de vidéo sur demande, à plus de 356 000 à la clôture du troisième trimestre. Durant cette période, trois nouvelles applications ont été lancées, soit The Voice, Piano Academy et Stingray Classica, a-t-il indiqué.

«Bien que la société continue de chercher à atteindre un équilibre entre le versement de dividendes et les acquisitions, notre stratégie d'allocation du capital à court terme sera axée surtout sur la réduction de notre dette», a précisé M. Boyko.

Sur le même sujet

À surveiller: CGI, Industrielle Alliance et Stingray

Que faire avec les titres de CGI, Industrielle Alliance et Stingray? Voici quelques recommandations d'analystes.

À surveiller: Stingray, Constellation et Disney

Que faire avec les titres de Stingray, Constellation Software, et Disney?

À la une

L'ACÉUM est un moindre mal, dans les circonstances

ANALYSE - Canadiens et Mexicains ont intérêt à mettre derrière eux la réingénierie du libre-échange en AmérIque du Nord.

Trois placements à contre-courant pour 2020

BLOGUE. Voici trois secteurs abordables susceptibles de battre le marché en 2020 pour l'investisseur anti-conformiste.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.