SNC-Lavalin dans une coentreprise ayant décroché un contrat de 10G$US aux É-U

Publié le 17/09/2020 à 13:31

SNC-Lavalin dans une coentreprise ayant décroché un contrat de 10G$US aux É-U

Publié le 17/09/2020 à 13:31

Par La Presse Canadienne
Le logo de SNC-Lavalin

(Photo: La Presse Canadienne)

SNC−Lavalin, en plein recentrage pour s’éloigner des grands projets de construction et de ressources naturelles, fait partie d’un consortium ayant décroché, auprès du gouvernement américain, un contrat de services d’ingénierie — sa nouvelle pierre angulaire — pouvant atteindre 10 milliards $US dans le secteur nucléaire.

Central Plateau Cleanup Company, dans laquelle la firme québécoise détient une participation d’environ 22%, a annoncé jeudi une entente, octroyée par le département de l’Énergie, pouvant s’échelonner sur une décennie dans le cadre de travaux d’assainissement du complexe nucléaire de Hanford, dans l’État de Washington.

Les investisseurs semblaient réagir favorablement à l’annonce, puisqu’à la Bourse de Toronto le titre de l’entreprise établie à Montréal prenait 61 cents, ou 2,65%, en mi−journée, pour se négocier à 23,60$ lors d’une séance où la tendance était à la baisse.

«Ce contrat témoigne de l’expertise de SNC−Lavalin dans la réalisation de plans de décontamination et de mise hors service d’actifs», a souligné le président de son secteur nucléaire, Sandy Taylor.

La coentreprise, Central Plateau Cleanup Company LLC, s’affairera à la «fermeture à l’état final des installations» du complexe, des sites d’enfouissement des déchets nucléaires et de la mise hors service d’anciennes installations. 

Dans une note envoyée à ses clients par courriel, Sabahat Khan, de RBC Marchés des capitaux, a qualifié l’annonce de «victoire significative» pour SNC−Lavalin. 

En présumant que ce contrat devrait générer des marges oscillant entre 13% et 15%, l’analyste a estimé que le bénéfice d’exploitation obtenu par la compagnie québécoise pourrait varier entre 285 millions $US et 330 millions $US au cours de la durée de l’entente, soit environ 30 millions $US annuellement. 

En 2019, le segment nucléaire de SNC−Lavalin avait généré un bénéfice d’exploitation d’environ 100 millions $US, a noté M. Khan.

«Ce contrat correspond bien à l’expertise (de la firme) et il est à 'faible risque' puisque les honoraires sont liés à la performance», a écrit l’analyste dans ses observations.

Depuis le début de l’année, SNC−Lavalin a annoncé une série de contrats dans le secteur de l’énergie nucléaire où elle est impliquée par l’entremise de ses divisions ou coentreprises.

Sur le même sujet

SNC-Lavalin a un nouveau président du conseil

SNC−Lavalin a annoncé jeudi la nomination de William Young au poste de président de son conseil d’administration.

À surveiller: SNC-Lavalin, Telus et Air Canada

Mis à jour le 04/08/2020 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de SNC-Lavalin, Telus et Air Canada? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.