Endy passe aux mains de Sleep Country

Publié le 29/11/2018 à 19:10

Endy passe aux mains de Sleep Country

Publié le 29/11/2018 à 19:10

Par Martin Jolicoeur

En trois ans, la jeune Endy avait transformé le commerce du matelas. Ça aura suffit pour que Sleep Country décide de l'acheter. (Photo: Endy)

Sleep Country Canada, connue au Québec pour son enseigne de magasins Dormez-vous?,a annoncé en fin de journée jeudi l’achat d’Endy, le jeune détaillant de matelas en ligne, pour la somme de 88,7M$.


L’annonce du conglomérat canadien est tombée peu après 17 heures, le 29 novembre. Inscrite à la Bourse de Toronto, Sleep County (TSX : ZZZ) affirme avoir conclu un «accord définitif» en vue de l’acquisition de la «presque totalité» d’Endy.


Fondée il y a seulement trois ans par deux jeunes de Calgary, l’entreprise de commerce électronique est rapidement devenue un des plus grands détaillants de matelas au pays. Les utilisateurs du métro de Montréal se souviendront de leurs publicités accrocheuses, offrant d’acquérir leur matelas en ligne, contre une promesse de livraison rapide, dans une boîte, à la maison!


« Ensemble, Sleep Country et Endy fourniront l’expérience à la clientèle la plus pratique à un plus vaste éventail de consommateurs canadiens (…). Nous reconnaissons que les habitudes de magasinage des consommateurs évoluent et nous demeurons déterminés à assurer la fourniture de nos produits à notre clientèle de la manière qui leur convient le mieux» », a déclaré par voie de communiqué, David Friesema, chef de la direction de Sleep Country.


Les cofondateurs demeurent


Endy compte parmi les entreprises en démarrage à croissance rapide au Canada et parmi les plus novatrice du milieu du commerce électronique. Après trois ans d’existence, Endy s’est mérité le titre d’entreprise de vente au détail à croissance rapide dans le classement canadiens des 50 entreprises en démarrage des magazines Maclean’s et Canadian Business.


Ses deux cofondateurs, Rajen Ruparell et Mike Gettis, continueront d’assurer la direction de l’entreprise, avec l’aide de leur personnel existant, a précisé M. Friesema. Il en sera de même pour Sleep Country, qui continuera de proposer à sa clientèle le même choix de matelas, tant en ligne qu’à travers son réseau de boutiques physiques qu’elle conservera.


Malgré la transaction, les deux cofondateurs d'Endy demeureront en poste pour encore quelques années.


Fondée il y a 24 ans, Sleep Country compte aujourd’hui 264 magasins dans l’ensemble des provinces canadiennes et 16 centres de distribution permettant une gestion et livraison rapide de ses stocks.


Une transaction, deux versements


Tous les détails de la transaction n’ont pas encore été divulgués. Un appel conférence avec les analystes est prévu tôt vendredi matin. 


Selon les termes connus au moment d'écrire ces lignes, Sleep Country versera 63,7 M$ comptant à la clôture de la transaction, prévue pour le 6 décembre prochain. L’entente prévoit par la suite le versement d’un montant supplémentaire de 25M$ au début de 2021, en fonction de la réalisation de certains objectifs de croissance et de rentabilité en 2020.


Le montant de 63,7M$, payé comptant à la clôture, représente environ 12 fois le BAIIA des douze derniers mois d’Endy à compter du 31 octobre 2018. Si le paiement complet du complément de prix de 25M$ est réalisé en 2021 (pour un total de 88,7M$), l’acquisition implicite multiple subséquente pour 2020 sera inférieure à 9 fois le BAIIA , a précisé Robert Masson, chef des finances chez Sleep Country Canada


À la Bourse de Toronto, l’action de Sleep Country a progressé le 29 novembre de 0,86%, ou 0,18$, pour clôturer à 21,20$. Depuis le début de l’année, son titre avait reculé de 38%, en recul de 12,89$ l’action.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.