Saputo ferme deux usines et met à pied 280 employés

Publié le 07/02/2020 à 06:48

Saputo ferme deux usines et met à pied 280 employés

Publié le 07/02/2020 à 06:48

Par La Presse Canadienne

Saputo a annoncé jeudi la fermeture de deux usines canadiennes et près de 300 mises à pied, l'entreprise laitière et fromagère cherchant à réduire ses coûts dans un marché concurrentiel.

L'entreprise montréalaise a annoncé qu'elle prévoyait fermer une installation à Trenton, en Ontario, en septembre, et une autre à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, en janvier 2021.

Environ 280 employés seront touchés, a précisé Saputo. Ceux-ci recevront une indemnité de départ et certains se verront offrir la possibilité d'être transférés vers d'autres sites. La production des deux usines sera intégrée à d'autres installations de Saputo au Canada.

«Au Canada, le paysage reste concurrentiel», a affirmé le chef de la direction, Lino Saputo, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes après que la société a publié ses résultats financiers du troisième trimestre.

Saputo a enregistré une baisse des ventes de lait nature au cours du trimestre terminé le 31 décembre, ce qui a entraîné un recul des revenus consolidés. Les revenus du troisième trimestre ont totalisé 3,89 milliards $, contre 3,58 milliards $ au même trimestre de l'exercice précédent.

La société prévoit contrôler ce qu'elle peut dans ces activités et ajuster leur taille en conséquence, a-t-il précisé.

«Bien que ce ne soit jamais une décision facile à prendre, cela comprend les fermetures à venir» de ces installations, a-t-il affirmé.

Saputo a également annoncé son intention de diversifier ses offres de produits en recherchant davantage d'occasions dans le secteur des produits d'origine végétale, ce qu'elle perçoit comme une tendance de consommation importante. La société a ainsi nommé un vice-président principal au développement des affaires pour les aliments d'origine végétale pour diriger ces projets.

Cette nomination montre «son sérieux dans ce segment», a écrit dans une note Irene Nattel, analyste de RBC Dominion valeurs mobilières.

«Nous devons être là où sont les consommateurs», a expliqué le chef de la direction, affirmant qu'il devait tirer parti de son expertise, y compris celle de la fabrication, et du fait que ses installations actuelles sont en mesure de traiter de tels produits.

L'entreprise cherchera également à développer des produits non laitiers qui ont meilleur goût, entre autres, a souligné le président de l'entreprise, Kai Bockmann.

Malgré tout, l'entreprise a répété son engagement à rester une entreprise laitière. «Les produits laitiers ne sont pas morts. Il y a encore un bel avenir dans les produits laitiers», a assuré M. Saputo.

Saputo a affiché un bénéfice de 197,8 millions $, ou 48 cents par action, pour son plus récent trimestre, ce qui se compare à un profit de 342,0 millions $, ou 87 cents par action, pour la même période un an plus tôt.

Sur une base ajustée, Saputo a engrangé un bénéfice de 50 cents par action, comparativement à un résultat de 44 cents par action au même trimestre de l'exercice précédent.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: Banque Nationale, Saputo, Stingray

05/06/2020 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Saputo et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.

À surveiller: BCE, Saputo et Cenovus

Que faire avec les titres de BCE, Saputo et Cenovus? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Bourse: Wall Street rattrapée par l'inquiétude liée à la COVID

Mis à jour à 16:42 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS.

Titres en action: Samsung Electronics, TC Énergie

Mis à jour à 10:59 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le taux de chômage canadien devrait plafonner à 11% au 2e trimestre

Selon l'OCDE, il devrait dépasser le taux atteint pendant la crise financière.