Sans surprise, la Banque du Canada garde son taux directeur stable à 1,75%

Publié le 09/01/2019 à 10:26, mis à jour le 09/01/2019 à 11:12

Sans surprise, la Banque du Canada garde son taux directeur stable à 1,75%

Publié le 09/01/2019 à 10:26, mis à jour le 09/01/2019 à 11:12

Par Stéphane Rolland
Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz. (Photo: Getty)

Sans surprise, la Banque du Canada (BdC) maintient son taux directeur à 1,75%, mercredi. La baisse des prix du pétrole force la banque centrale à retarder son objectif d’augmenter les taux d’intérêt vers le taux neutre.


La Banque du Canada anticipe toutefois que ce frein économique est temporaire et que l’économie devrait croître «un peu» au-dessus de son potentiel à partir du deuxième trimestre 2019. «Avec le temps», elle prévoit toujours augmenter les taux d’intérêt vers le taux neutre, un seuil qui pourrait avoisiner les 3%. «Le rythme approprié des hausses de taux dépendra de l’évolution des perspectives, et tout particulièrement de celle des marchés pétroliers, du marché canadien du logement et des politiques commerciales mondiales», explique-t-on dans le communiqué.


Les prix du pétrole sont 25% plus bas que ce qu’avait prévu le rapport sur la politique monétaire d’octobre. Cette dépréciation force l’institution à revoir sa prévision de croissance économique, qui passe de 2,1% à 1,7% pour 2019. Ce serait inférieur à la croissance économique de 2018, qu’on estime à 2%.


Outre le prix du pétrole, la banque centrale cite les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, qui pèsent sur la demande mondiale, et le ralentissement du marché du logement comme des sources d’inquiétudes.


Tout n’est pas sombre pour autant. Outre le pétrole, d’autres secteurs de l’économie font bonne figure, selon le rapport. « Les bases solides qui ont soutenu l’expansion pendant une partie de 2018, notamment l’augmentation de la demande étrangère, les forts flux d’immigration et le bas taux de chômage, devraient continuer d’appuyer l’économie canadienne pendant que les régions productrices de pétrole s’ajustent à la baisse des prix de ce produit de base, peut-on lire dans le rapport sur la politique monétaire. À l’extérieur du secteur de l’énergie, les investissements et les exportations devraient progresser à un rythme soutenu. »


 


 


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.