Roubini annonce une catastrophe bancaire

Publié le 09/11/2011 à 10:44

Roubini annonce une catastrophe bancaire

Publié le 09/11/2011 à 10:44

Par Olivier Schmouker

Nouriel Roubini est surnommé «Dr. Doom»... Photo : Bloomberg.

Un simple tweet de Nouriel Roubini – le célèbre "Dr. Doom" connu pour ses prévisions pessimistes mais souvent justes – a suffi pour semer tout un émoi dans le milieu financier américain. Il y est dit, en effet, que Goldman Sachs et Morgan Stanley, deux des plus grandes banques d’affaires des Etats-Unis, sont menacées d’un grave danger. Ni plus ni moins.

Voici le courriel en question, envoyé lundi aux quelques 100 000 personnes qui le suivent sur Twitter : «What happened to MF Global could happen to Jefferies, Barclays, Goldman Sachs & Morgan Stanley. Leverage & maturity mismatch can lead to runs».

M. Roubini s’alarme ainsi de la dépendance de ces institutions bancaires aux prêts à courts termes. Comme cela est arrivé, entre autres, à MF Global, elles risquent de pâtir du fait que des prêteurs ne vont bientôt plus être en mesure d’honorer leurs dettes. Les conséquences si cela devait survenir ? À n’en pas douter, un désastre à Wall Street, et par contagion, à l’économie mondiale.

La semaine dernière, M. Roubini a annoncé l’effondrement «imminent» de la zone euro, et par suite, «une vaste secousse» à l’échelle planétaire. Par le passé, il avait vu venir avant tout le monde la crise financière résultant de la crise immobilière américaine ainsi que la récession mondiale qui en a résulté.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, les trois indices majeurs à leur plus bas niveau de l’année en clôture

Mis à jour le 30/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto clôture sur une minuscule hausse.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 30/09/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Rogers, Apple et BlackBerry

Mis à jour le 30/09/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Rogers, Apple et BlackBerry? Voici quelques recommandations d’analystes.