Préparez-vous à des montagnes russes en 2016

Publié le 27/01/2016 à 16:58

Préparez-vous à des montagnes russes en 2016

Publié le 27/01/2016 à 16:58

Par François Normand

François Dupuis (Desjardins), Vincent Delisle (Scotia), Stéfane Marion (Nationale)

La chute du prix pétrole et la dégringolade de la Bourse vous donnent des sueurs froides? Eh bien, c'est loin d'être terminé, car l'année 2016 s'annonce d'ores et déjà volatile et risquée en plusieurs points.

C'est ce qu'ont expliqué François Dupuis, vice-président et économiste en chef au Mouvement Desjardins, Vincent Delisle, directeur principal, stratégie de portefeuille à la Banque Scotia, et Stéfane Marion, économiste et stratège en chef à la Banque Nationale, lors d'un déjeuner-causerie organisé ce mercredi par les CFA Montréal.

Malgré tout, les trois prévisionnistes estiment que les indices phares des Bourses canadienne et américaine (le TSX et le S&P 500 ) termineront l'année avec une légère amélioration par rapport à aujourd'hui.

Les trois prévisionnistes tablent aussi sur une légère hausse du prix du dollar canadien par rapport au billet vert d'ici décembre 2016, qui s'échange aujourd'hui à 0,71 $US.

-François Dupuis le voit dans une fourchette de 0,72 à 0,74 $US

-Vincent Delile mise sur un huard à 0,73 $US

-Stéfane Marion voit notre monnaie dans une fourchette de 0,71 à 0,77 $US.

Par ailleurs, les principales économies de la planète feront face à plusieurs défis en 2016, selon les trois spécialistes.

Le Canada souffre, le Québec stagne

François Dupuis affirme que l'économie canadienne continuera de pâtir de l'effondrement des prix du pétrole. Depuis un an, le brent de la mer du Nord a perdu 32% de sa valeur à 32$US, selon Bloomberg.

Et il n'y a pas de remède miracle pour les provinces canadiennes productrices de pétrole (Alberta, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador), car elles devront diversifier leur économie.

«Cet ajustement sera long», prévient l'économiste de Desjardins, estimant que ce processus pourrait prendre de 2 à 5 ans.

Vincent Deslisle reste néanmoins optimiste pour l'économie canadienne malgré la mauvaise conjoncture économique. «On recommande d'ailleurs d'augmenter la pondération du Canada dans les portefeuilles cette année», dit-il.

À ses yeux, si les impacts de la chute du prix du pétrole n'affectent pas les économies de l'Ontario et du Québec, la baisse des profits des entreprises inscrites au TSX sera relativement limitée.

Même si le Québec est pour l'instant épargné par la faiblesse des cours pétroliers, son économie ne pourra pas afficher un taux de croissance supérieur à 2% en 2016 (et dans les prochaines années), affirme François Dupuis.

«Le choc démographique ne nous permet pas d'avoir une croissance plus forte.» Desjardins prévoit une croissance du PIB québécois de 1,3%, en 2016, et de 1,6%, en 2017.

Chine: la croissance ralentit, mais son poids est toujours important

En Chine, le ralentissement de la croissance économique continuera de susciter des inquiétudes. La Banque Nationale prévoit que le PIB chinois progressera de 6,5% en 2016.

Ce qui est loin de sa moyenne historique.

De 1989 et 2014, le PIB chinois a bondi en moyenne de 9,1% par année, selon le National Bureau of Statistics of China. Et en 2015, la Chine devrait enregistrer une croissance de 6,9%, selon l'Economist Intelligence Unit.

Stéfane Marion fait toutefois remarquer qu'un taux de croissance de 6,5% par année en Chine aujourd'hui crée autant de richesse qu'une croissance avoisinant les 10% en 2008. «C'est la même contribution à l'économie mondiale», souligne-t-il.

Les États-Unis vont bien, mais que fera la Fed?

Malgré la chute du pétrole (les États-Unis produisent 10 millions de barils par jour) et les problèmes de la Chine, l'économie américaine se porte bien, affirme Stéfane Marion.

«Les prêts aux ménages et aux entreprises sont en croissance», dit-il. Aussi, il ne faut pas selon lui craindre un ralentissement ou une récession aux États-Unis.

Vincent Delisle prévient toutefois qu'il faudra surveiller de près la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (FED).

Augmentera-t-elle son taux directeur en 2016? En décembre, la Fed l'avait relevé pour une première fois en neuf ans.

Ce mercredi, elle a déclaré que la croissance économique avait «ralenti» au quatrième trimestre de 2015 aux États-Unis - les statistiques officielles seront publiées bientôt.

Des analystes estiment qu'elle sera inférieure à 1%.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Les ventes des grossistes canadiens ont avancé de 0,3% en février

Les économistes s’attendaient en moyenne à un gain de 0,1 % pour ce mois.

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

15/06/2019 | François Normand

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?