Patrons et employés, votre salaire augmentera de 2,7% en 2014

Publié le 01/10/2013 à 11:21

Patrons et employés, votre salaire augmentera de 2,7% en 2014

Publié le 01/10/2013 à 11:21

Par Thomas Cottendin

Malgré la faiblesse de l'économie, les salaires devraient progresser de 2,7% en moyenne en 2014 au Québec, selon l'analyse réalisée par l'Ordre des conseillers en ressources humaines (CRHA). 

La hausse de la rémunération moyenne des Québécois de 2,7% est légèrement inférieure à celle de 2,8% prévue pour l'ensemble du pays.

Les CRHA ont colligé les données recensées par sept cabinets spécialisés en rémunération (Aon Hewitt, Hay Group, Mercer, Morneau Shepell, Normandin Beaudry, Saucier Conseil et Towers Watson) auprès de 2749 entreprises du pays.

«Ces prévisions pour 2014 sont encourageantes dans le contexte économique actuel. L’économie mondiale est somme toute incertaine et les dernières données ne dressent pas le portait d’un Québec économiquement fort. Toutefois, la stabilisation du taux d’inflation, tant au Québec qu’au Canada, nous permet de croire que les travailleurs auront un peu plus d’argent dans leurs poches en 2014», commente dans un communiqué Florent Francoeur, CRHA, président‐directeur général de l'Ordre.

En 2013, l'augmentation moyenne réelle s'est établie à 2,2 % au Québec et à 2,3 % au Canada, selon les CRHA.

Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne, qui a analysé les données pour le compte des CRHA, note qu’il y a très peu d'écart entre l'augmentation qui est prévue pour les dirigeants et celle réservée aux «travailleurs de plancher» (moins de 0,1%). Cette observation est vraie pour le Québec et le Canada en général. 

Un coût de 175$ par employé

Pour sa part, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) s'attend à ce que les augmentations salariales accordées par les employeurs en 2014 se situent autour de 2,8%, soit un niveau à peu près équivalent à celui de 2013.

En dévoilant ses prévisions, mardi matin, le CPQ a dit croire que l'incertitude liée à la situation économique mondiale amenait les gestionnaires à faire preuve de prudence en matière de rémunération.

Cependant, puisque les employeurs ont parfois du mal à attirer et retenir la main-d'oeuvre qualifiée dans plusieurs secteurs d'activité, ils reconnaissent la nécessité de pouvoir compter sur une main-d'oeuvre de qualité.

Pour les employeurs, les hausses de salaire prévues en 2014 devraient engendrer un coût moyen additionnel de 175$ par employé en taxes sur la masse salariale (cotisations au Fonds de santé et de sécurité du travail, au Régime québecois d’assurance parentale, à la Régie des rentes du Québec, au régime d’assurance-emploi, au Fonds de santé du Québec, etc.) révèle le Conseil du patronat du Québec dans un communiqué.

Dans la quatrième édition de son Bulletin de la prospérité du Québec, dévoilée la semaine dernière, le Conseil du patronat rappelait d’ailleurs la situation peu concurrentielle de la province à ce chapitre, le Québec obtenant une note de « C- » pour ce qui est du coût de la main-d’œuvre.

Les employeurs du Québec paient annuellement environ 30 % de plus en taxes sur la masse salariale que leurs concurrents de l’Ontario et 45 % de plus que la moyenne canadienne.

Avec La Presse Canadienne

 

À la une

La partie n'est pas encore gagnée pour Saputo

Il y a 40 minutes | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Il est un peu tôt pour affirmer que la faiblesse du titre de Saputo est maintenant chose du passé.

Bourse: Wall Street ouvre en baisse, froissée par des chiffres de l'emploi solides

Mis à jour à 10:11 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a également ouvert en baisse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour à 07:52 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux prudents avant le rapport sur l'emploi américain.