Parkland: un investisseur réclame un remaniement du CA

Publié le 22/01/2024 à 16:10

Parkland: un investisseur réclame un remaniement du CA

Publié le 22/01/2024 à 16:10

Par La Presse Canadienne

Engine Capital a fait des demandes intermittentes de changement à Parkland depuis mars dernier, lorsqu’il a exhorté l’entreprise à vendre ou à scinder sa raffinerie de Burnaby, en Colombie-Britannique, et à se concentrer sur les dépanneurs et les stations-service. (Photo: La Presse Canadienne)

Calgary — Un investisseur activiste réclame une refonte complète du conseil d’administration de Parkland (PKI) après la récente démission de deux des membres du conseil d’administration.

Engine Capital, un investisseur activiste établi à New York, a fait cette recommandation dans une lettre rendue publique lundi. La firme ne pense pas que le conseil d’administration actuel devrait être responsable de son propre processus de renouvellement.

Engine Capital, qui détient 2,5% des actions en circulation, plaide que Parkland devrait plutôt collaborer avec ses principaux actionnaires pour reconstituer le conseil d’administration avec des administrateurs qui «donneront la priorité aux intérêts de tous les actionnaires».

«Nous continuons de croire que l’opportunité de création de valeur chez Parkland est très importante et nous exhortons l’entreprise à commencer immédiatement à travailler avec ses principaux actionnaires plutôt que de les traiter comme des adversaires», indique la lettre.

Engine Capital a fait des demandes intermittentes de changement à Parkland depuis mars dernier, lorsqu’il a exhorté l’entreprise à vendre ou à scinder sa raffinerie de Burnaby, en Colombie-Britannique, et à se concentrer sur les dépanneurs et les stations-service.

Ses dernières critiques surviennent quelques semaines seulement après la démission de deux membres du conseil d’administration, tous deux désignés par Simpson Oil, le plus grand actionnaire de Parkland.

Depuis 2022, lorsque Parkland a consolidé sa propriété de Sol, un détaillant de carburant caribéen anciennement détenu par Simpson Oil, Simpson détenait environ 20% des actions de Parkland.

Ces démissions signifient que Simpson n’a plus de siège au conseil d’administration du détaillant de carburant. Simpson a également renoncé à son droit précédemment convenu de nommer deux membres au conseil d’administration de Parkland.

Engine Capital estime que le retrait de Simpson Oil n’augure rien de bon pour la capacité du conseil d’administration de Parkland de superviser des décisions plus complexes visant à créer de la valeur pour les actionnaires.

L’analyste Luke Davis, de RBC Marchés des capitaux, ne s’attend pas à un changement important de la stratégie d’entreprise de Parkland en raison des dernières critiques d’Engine Capital.

Il ajoute que la lettre la plus récente d’Engine a une fois de plus souligné que les actions de Parkland continuent de s’échanger à un prix inférieur à celui de leurs pairs, et que le différend avec Simpson Oil ajoute une certaine incertitude.

«Dans l’ensemble, nous pensons qu’un désaccord persistant pourrait plomber le titre, même si nous ne savons pas clairement quelles sont les intentions de Simpson Oil à ce stade», écrit M. Davis.

Amanda Stephenson, La Presse Canadienne

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.