Netflix dépasse les 158 millions d'abonnés, Wall Street le récompense

Publié le 16/10/2019 à 16:38

Netflix dépasse les 158 millions d'abonnés, Wall Street le récompense

Publié le 16/10/2019 à 16:38

Par AFP

(Photo: 123RF)

Le géant de la vidéo en ligne Netflix (NFLX) a dépassé les 158 millions d’abonnés dans le monde, et engrangé plus de 5 milliards de dollars de chiffre d’affaires au troisième trimestre 2019, des résultats salués en Bourse à leur publication mercredi.

Le titre du groupe s’appréciait de presque 10 % lors des échanges électroniques après la clôture de Nasdaq (New York), alors qu’au deuxième trimestre, il avait été sanctionné pour avoir attiré moins de nouveaux abonnés que prévu.

L’entreprise pionnière se montre en outre confiante face à l’avalanche de nouveaux concurrents sur le marché. Rien qu’au mois de novembre, Disney et Apple vont mettre en service leurs plateformes de séries et films sur abonnement.

Mais Netflix n’évoque que des « vents contraires modestes à court-terme ». « Sur le long terme, nous pensons que nous allons continuer à bien grandir, grâce à la force de notre service et aux opportunités qu’offre cet immense marché », assure le groupe dans un communiqué.

En un an, la plateforme a élargi sa base d’abonnés de 21 % dans le monde, une performance légèrement inférieure à ses prévisions, mais bien en dessous de celles du consensus des analystes, qui tablaient sur plus de 161 millions d’utilisateurs payants.

Aux États-Unis, le service compte 60,6 millions d’abonnés, même pas 4 millions de plus qu’il y a un an.

« Avec le renforcement de la compétition, ce mauvais coup du côté des abonnés américains indique des difficultés à venir », estime Eric Haggstrom, analyste chez eMarketer. « Le fait que Netflix ait enregistré une croissance décevante avant l’arrivée des nouveaux concurrents est de mauvais augure pour 2020 et au-delà ».

Netflix, qui s’est établi comme pionnier et leader du secteur, a dû se lancer dans la production de films et séries originaux pour rester en tête face à d’autres acteurs, comme Amazon Prime Video et sa solide base d’abonnés à la plateforme de commerce en ligne.

Apple TV+ n’aura qu’une offre limitée de contenus originaux à son lancement le 1er novembre, mais la marque à la pomme peut compter sur son expérience dans les services sur abonnement, une base de consommateurs fidèles (900 millions d’iPhone en service dans le monde, d’après Wedbush) et une offre marketing agressive : l’abonnement coûtera moins de 5 dollars par mois, moitié moins cher que l’abonnement de base à Netflix aux États-Unis.

Disney+ table de son côté sur un impressionnant catalogue de films et de séries, qui inclura entre autres les films produits par les studios des franchises Star Wars et Marvel et tous les épisodes de la célèbre série « Les Simpson », pour moins de 7 dollars par mois, à partir du 12 novembre aux États-Unis.

HBO Max de WarnerMedia et Peacock de NBCUniversal sont eux prévus en 2020.

 

 

Sur le même sujet

Bourse: que faire avec le titre de Netflix?

18/10/2019 | Denis Lalonde

BALADO. Avec l'arrivée imminente de services comme Disney+ et AppleTV+, est-il encore temps d'acheter Netflix?

Le dilemme de l'innovateur

BLOGUE INVITÉ. Le marché est actuellement rempli de sociétés qui ont du mal à faire face à l’innovation de rupture.

À la une

Metro veut accroître son utilisation des technologies dans ses magasins

Elle prévoit de doubler, à peu près, le nombre de magasins dotés de caisses libre-service au cours de son exercice 2020.

Garder ses gagnants, le cas de Metro

Édition du 24 Août 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. L'épicier Metro (MRU, 53,98 $) n'est plus le secret bien gardé qu'il était. Sa rigueur...

Legault et Fitzgibbon songent à un Amazon Québec

L’idée avait d’abord été lancée en 2017 par l’entrepreneur Alexandre Taillefer.