Nestlé se convertira aux plastiques recyclés

Publié le 16/01/2020 à 06:50, mis à jour le 16/01/2020 à 11:09

Nestlé se convertira aux plastiques recyclés

Publié le 16/01/2020 à 06:50, mis à jour le 16/01/2020 à 11:09

Par AFP

Le géant suisse de l’alimentation a annoncé jeudi son intention d’investir jusqu’à 2 milliards de francs suisses sur cinq ans pour développer la filière des plastiques recyclés, qui peinent jusqu’à présent à répondre aux normes de sécurité alimentaire.

Actuellement l’offre de plastiques recyclés pour conditionner des aliments est « limitée », a fait valoir dans un communiqué le groupe suisse, qui entend créer un marché à travers cet investissement. 

La qualité et la sécurité sanitaire des aliments reposent en grande partie sur l’emballage, mais « la plupart des plastiques sont difficiles à recycler pour en faire des emballages alimentaires ».

Pour structurer la filière, il s’est engagé notamment à acheter jusqu’à 2 millions de tonnes de plastiques recyclés à usage alimentaire, avec un budget d’au moins 1,5 milliard de francs entre aujourd’hui et 2025 pour verser une prime à ses fournisseurs lors de l’achat de ces matériaux. 

Il compte également lancer un fonds de capital-risque afin d’investir dans des start-up qui se consacrent aux emballages durables, auquel il entend consacrer 250 millions de francs suisses. 

« Rendre les plastiques recyclés sûrs pour les aliments est un énorme défi pour notre industrie » a déclaré son directeur général, Mark Schneider, cité dans le communiqué.

« C’est pourquoi, en plus de réduire le plus possible l’utilisation des plastiques et collecter les déchets, nous voulons fermer la boucle et rendre sans cesse plus de plastiques recyclables », a-t-il ajouté. 

Alors que les consommateurs se préoccupent de plus en plus du conditionnement de leurs aliments et boissons, Nestlé s’était fixé en 2018 pour objectif de rendre 100 % de ses emballages recyclables ou renouvelables d’ici 2025.

Le groupe propriétaire d’un vaste portefeuille de plus de 2 000 marques, dont les eaux en bouteille Perrier et S. Pellegrino, a multiplié les initiatives pour revoir ses emballages, en créant notamment un institut de recherches à Lausanne chargé de trouver des alternatives durables pour le conditionnement de ses produits. 

Le groupe suisse a entre autres revu les emballages de sa boisson cacaotée Nesquik et de ses barres de céréales Yes! ou encore de son eau Vittel avec le lancement en novembre en France d’une bouteille composée à 100 % de PET recyclé.

« Il ne suffit pas de recycler le plastique », a insisté le patron de Nestlé lors d’un événement à Zurich. 

Pour emballer des aliments et des boissons, le secteur doit pouvoir s’appuyer sur des plastiques recyclés « de qualité alimentaire », a-t-il poursuivi, soulignant qu’il s’agit de matériaux « de qualité supérieure ». Avec cet investissement, le groupe entend utiliser « sa taille pour créer une demande garantie » afin de permettre à cette filière de se mettre en place. 

Dans un communiqué, Greenpeace Suisse a estimé que cette décision était « un pas dans la bonne direction », ajoutant toutefois qu’elle n’était « que partiellement encourageante ».  

« Pour mettre un terme à la crise actuelle, il faut cesser de produire inutilement du plastique et adopter de nouveaux systèmes d’approvisionnement », a réagi Matthias Wüthrich, expert Zéro déchet pour la branche suisse de l’ONG.

« Il est crucial que Nestlé abandonne complètement les emballages jetables et investisse dans de nouveaux systèmes d’approvisionnement basés sur la vente en vrac et d’autres solutions réutilisables », a-t-il défendu. 

 

Sur le même sujet

Connaissez-vous les titres GRANOLAS d’Europe?

Onze blue chips européens ont un nouvel acronyme pour sortir de l'ombre des des titres américains FAAMG.

Titres en action: Xerox, BP, Nestlé...

Mis à jour le 01/04/2020 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

À surveiller: Banque Nationale, Saputo, Stingray

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Saputo et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: comment s'inspirer des plus grands investisseurs de l'histoire

BALADO. François Rochon commente les philosophies de Philip Fisher, Peter Lynch, Benjamin Graham et Warren Buffett.

Qui sont les détaillants qui vous font sentir en sécurité?

Il y a 42 minutes | Catherine Charron

Peu d’entre eux auraient pourtant fait preuve de réelle innovation dans leur façon de s’approprier les consignes.