Ne pas ouvrir les services de garde si on ferme les écoles, demandent 3 syndicats

Publié le 19/11/2020 à 08:39

Ne pas ouvrir les services de garde si on ferme les écoles, demandent 3 syndicats

Publié le 19/11/2020 à 08:39

Par La Presse Canadienne

Le maintien des services de garde en milieu scolaire viendrait compromettre les efforts de la Santé publique dit la CSQ. (Photo: Paul Chiasson pour La Presse canadienne)

Les trois centrales syndicales jugent « inacceptable » que le gouvernement Legault garde ouverts les services de garde en milieu scolaire s’il prolonge le congé des Fêtes pour contrer la propagation du coronavirus.

Dans une sortie conjointe qu’elles font jeudi matin, la CSQ, la CSN et la FTQ affirment que si la volonté du gouvernement est réellement de contrer la propagation du virus en prolongeant le congé des Fêtes, il ne doit pas le faire qu’à moitié. 

Les trois centrales soutiennent que dans les services de garde en milieu scolaire, il n’est pas possible de conserver le concept plus sécuritaire des « bulles-classes » ni la distanciation physique. 

La présidente de la CSQ Sonia Éthier, dont la majorité des membres travaillent dans le milieu de l’éducation, affirme que le maintien des services de garde en milieu scolaire viendrait compromettre les efforts de la Santé publique pour limiter la propagation du virus.

Les trois en appellent donc à la « cohérence » des décisions gouvernementales, en demandant à Québec de fermer également les services de garde scolaires s’il choisit de garder les écoles fermées avant et après Noël.

 

À la une

Fournisseurs: pas besoin de code de conduite, selon le PDG de Metro

Mis à jour le 26/01/2021 | Stéphane Rolland

Éric La Flèche juge que les relations entre épiciers et fournisseurs fonctionnent.

Et si Couche-Tard était le prochain Amazon?

26/01/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Couche-Tard finira par acheter Carrefour et deviendra un des rares joueurs pouvant rivaliser avec Amazon.

Satellites: le ton monte entre Elon Musk et Jeff Bezos

26/01/2021 | AFP

Elon Musk et Jeff Bezos rivalisent pour leurs constellations de satellites en orbite basse.