Mur budgétaire: les négociations piétinent, la tension au maximum

Publié le 30/12/2012 à 14:05, mis à jour le 30/12/2012 à 14:12

Mur budgétaire: les négociations piétinent, la tension au maximum

Publié le 30/12/2012 à 14:05, mis à jour le 30/12/2012 à 14:12

Par AFP

La tension monte entre les politiciens à l'approche de la date limite des négociations. Photo: Bloomberg

La tension est montée dimanche à Washington où les élus négociaient pour éviter in extremis aux Etats-Unis une cure d'austérité brutale dès lundi à minuit, Barack Obama et les républicains s'accusant mutuellement d'être responsables de la crise du «mur budgétaire».

Le président démocrate a assuré dans un entretien télévisé que ses adversaires politiques, qui contrôlent une partie du Congrès, n'arrivaient pas à accepter l'idée que «les impôts des Américains les plus riches devraient augmenter un petit peu» dans le cadre d'un accord budgétaire.

Ces déclarations ont provoqué une riposte vigoureuse du président républicain de la Chambre, John Boehner. «Les Américains ont élu le président Obama pour diriger, pas pour accuser», a-t-il lancé, en mettant en cause un refus du président de «tenir tête à son propre parti».

C'est dans cette ambiance délétère que les chefs de file républicain et démocrate du Sénat tentaient dimanche d'accoucher d'un compromis de dernière minute acceptable aussi bien par cette assemblée aux mains des démocrates que par la Chambre des représentants où les républicains dominent.

Si leurs efforts étaient infructueux, les mesures d'austérité qui se mettraient automatiquement en oeuvre le 1er janvier --hausse généralisée des impôts et coupes claires dans les dépenses de l'Etat fédéral-- risqueraient de faire retomber à terme la première économie mondiale dans la récession, ont prévenu des économistes, tandis que les marchés ont fait preuve de nervosité ces derniers jours.

Au centre du blocage figurent les allègements fiscaux hérités de la présidence du républicain George W. Bush. M. Obama veut les laisser expirer pour les foyers aux revenus supérieurs à 250000 dollars par an, tandis que les républicains ne veulent pas entendre parler d'une hausse des taux d'imposition et visent surtout les dépenses pour réduire le déficit.

«Bravo au président»


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Trump gagnera ou perdra en 2020 parce que...

11/06/2019 | François Normand

BALADO - Eurasia Group, une firme spécialisée en risques politiques, vient de publier une analyse à ce sujet.

Freeland défend l'indépendance des pays dans le processus de ratification

11/06/2019 | Siham Lebiad

Elle a insisté sur le fait que le processus en est maintenant à une phase «domestique».

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

15/06/2019 | François Normand

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?