MTY double de taille, le titre bondit

Publié le 25/05/2016 à 10:41, mis à jour le 25/05/2016 à 17:07

MTY double de taille, le titre bondit

Publié le 25/05/2016 à 10:41, mis à jour le 25/05/2016 à 17:07

Par Denis Lalonde

Kahala Brands possède 18 bannières, dont TacoTime. (Photo: 123rf.com)

Groupe Alimentation MTY (Tor., MTY) réalise un grand coup aux États-Unis, achetant le franchiseur Kahala Brands pour un montant de 300M$US. 

L'annonce de la transaction a fait bondir le titre de MTY de 18,41%, ou de 6,57$, à 42,25$ à la Bourse de Toronto à la mi-séance. Le titre a touché un sommet historique de 46,25$ en début de séance.

Selon les détails de l'entente, MTY offre un peu plus de 2,25 millions de ses actions et un montant de 240M$US en espèces pour réaliser l'acquisition de Kahala, dont le siège social se trouve à Scottsdale, en Arizona. 

Kahala gère, par le biais de franchises, environ 2 800 établissements dans 25 pays et sous 18 bannières, incluant les crèmeries Cold Stone et les restaurants Ranch One, America's Taco Shop, TacoTime, Great Steak et Samurai Sam's. Selon la direction de MTY, le réseau de Kahala génère des revenus de plus de 950 millions $CA annuellement. 

«MTY a cherché la bonne fondation pour son expansion américaine durant les trois dernières années, et elle a enfin trouvé le partenaire idéal. La combinaison du portefeuille et de l'expertise des deux sociétés produira d'énormes possibilités au Canada, aux États-Unis et dans le monde», a déclaré le président et chef de la direction de MTY, Stanley Ma, dans un communiqué.

Une fois la transaction finalisée, MTY gèrera 5500 emplacements sous 57 bannières et son réseau (incluant les établissements corporatifs et franchisés) devrait générer un chiffre d'affaires annuel de 2 milliards $CA et un bénéfice d'exploitation de 90M$CA. 

Cette transaction transforme le bilan du franchiseur montréalais, qui a presque toujours été libre de dette. Une fois la transaction complétée, la dette de la société atteindra 3,3 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissemen(BAIIA), calcule Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale.

MTY souhaite financer l'acquisition grâce à ses liquidités et à une facilité de crédit qui est en cours de négociation.

«La nouvelle facilité de crédit devrait fournir suffisamment de flexibilité à MTY pour réaliser des acquisitions supplémentaires dans l'éventualité où des possibilités futures deviendraient disponibles ainsi que pour continuer à payer et ajuster son dividende trimestriel», précise l'entreprise québécoise.

La clôture de la transaction devrait avoir lieu dans les 75 prochains jours.

Leon Aghazarian et son homologue Elizabeth Johnston, de la Banque Laurentienne, étaient en train de revoir leurs prévisions et leurs cours cible pour le titre de MTY au moment d'écrire les lignes.

«Kahala est une belle plateforme pour poursuivre l'expansion de MTY aux États-Unis. La société a été fidèle à son plan de match avec un prix raisonnable, à 10 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA)», commente Jean-Philippe Bouchard, gestionnaire de portefeuille chez Giverny Capital. Giverny est actionnaire de MTY depuis 2007.

M. Bouchard soutient que MTY est à présent beaucoup mieux outillée pour faire progresser des bannières comme Thaï Express et Sushi Shop en sol américain. «MTY est en ce moment très peu présente aux États-Unis. Avec Kahala, elle se dote d'une plateforme qui lui permettra d'accélérer sa croissance», dit-il. À son avis, la clé du succès pour MTY sera de garder le personnel de direction de Kahala en poste en Arizona.

À la une

Votre espace de travail, panacée de la rétention?

Il y a 45 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici trois trucs pour mieux utiliser vos pieds carrés.

Neuf conseils d’experts pour développer son entreprise

08/10/2021 | Kévin Deniau

SE LANCER EN AFFAIRES. Les Affaires a demandé à des spécialistes de la création d’entreprise leurs meilleurs conseils...

Se lancer en affaires du bon pied

08/10/2021 | Kévin Deniau

SE LANCER EN AFFAIRES. On ne se lance plus en affaires en 2021 comme en 2011, constatent les spécialistes du domaine.