Le géant Michelin met la main sur la multinationale québécoise Camso

Publié le 12/07/2018 à 06:18, mis à jour le 12/07/2018 à 12:51

Le géant Michelin met la main sur la multinationale québécoise Camso

Publié le 12/07/2018 à 06:18, mis à jour le 12/07/2018 à 12:51

Par La Presse Canadienne

Le manufacturier français de pneumatiques Michelin a annoncé jeudi qu'il était en cours de négociation avec les actionnaires du fabricant canadien Camso, en vue de l'acquisition de ce spécialiste des pneus et chenilles professionnels ou tout-terrain.

À LIRE: Cet article qui dresse un portrait de la société Camso publié dans le Journal Les Affaires

Pour la société française, cette transaction lui permet de se renforcer dans les pneumatiques spécialisés, un de ses principaux secteurs d'activité avec les pneus tourisme et les produits destinés aux camions poids lourds.

Cette transaction de 1,45 milliard $ US devrait, selon Michelin, paver la voie à la création du plus important fabricant de pneumatiques hors route et doubler les ventes de Camso, évaluées à plus d'un milliard $ US.

L'entente prévoit la création d'une nouvelle division spécialisée qui sera dirigée depuis Magog par l'actuel président-directeur général de la société québécoise, Pierre Marcouiller.

Connue sous le nom de Camoplast Solideal jusqu'en 2015, Camso compte plus de 7500 employés répartis dans 26 pays et exploite 22 usines spécialisées dans la fabrication. La nouvelle entité possèdera 26 usines en plus de fournir du travail à 12 000 personnes. 

Concurrente de Michelin dans certains secteurs, l'entreprise québécoise fabrique entre autres des chenilles destinées à des tracteurs agricoles ainsi que pour des véhicules récréatifs, comme des motoneiges.

Camso, qui a affiché une croissance annuelle moyenne de sept pour cent depuis 2012, dit détenir 11 pour cent du marché des pneus et des chenilles hors route à l'échelle mondiale. Cette industrie est évaluée à 22 milliards $.

Michelin dit avoir pris l'engagement de maintenir le centre décisionnel de la nouvelle entité à Magog, au siège social de Camso en plus de maintenir les 300 emplois qui s'y trouvent. Les activités de recherche et développement demeureront aussi au Québec.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) est le plus important actionnaire de Camso, avec une participation d'environ 33 pour cent. Son placement dans l'entreprise est évalué entre 300 et 500 millions $.

Depuis qu'il est aux commandes de la société, M. Marcouiller a piloté sa croissance par l'entremise d'acquisitions, dont celle du fabricant européen Solideal en 2010 dont la taille était beaucoup plus grande que Camso.

 


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Hors des sentiers battus

Édition du 11 Juillet 2015 | Martine Turenne

Camoplast Solideal n'est plus, vive Camso ! Forte d'une nouvelle image de marque, la multinationale de Magog vise la ...

Nouvelle réalité, nouvelle identité

Édition du 11 Juillet 2015 | Martine Turenne

Pierre Marcouiller était en train de dévaler les pentes du mont Orford, au printemps, lorsqu'il a reçu un appel de ...

À la une

Optic technology: l'éthique pour (bien) changer le monde

07:00 | Pascal Forget

L'Ordre des prêcheurs pour les technologies, l’information et la communication réfléchit sur l'impact du numérique.

10 choses à savoir lundi

Réfléchissez moins, vivez plus vieux. 10 ans de pannes pour la Californie, la Norvège s'enfonce dans le pétrole.

Comment surmonter les obstacles à votre bonheur au travail?

BLOGUE. Le bonheur, nous en rêvons tous. Voici un truc génial pour enfin le tutoyer au bureau.