Mega Brands: les profits fondent avant sa vente à Mattel

Publié le 05/03/2014 à 06:44

Mega Brands: les profits fondent avant sa vente à Mattel

Publié le 05/03/2014 à 06:44

Par lesaffaires.com

Le fabricant de jouets montréalais Mega Brands a annoncé sa vente à Mattel vendredi dernier avant de dévoiler une forte baisse de son bénéfice au quatrième trimestre.

Pour la période de trois mois terminée fin décembre, l’entreprise dirigée par la famille Bertrand a vu son bénéfice net fléchir de près des deux tiers: il est passé de 4M$ à 1,4M$. Par action, le bénéfice s’est établi à 0,04$, contre 0,01$ l’an dernier.

Les analystes tablaient dans l’ensemble sur un bénéfice de 0,18$ par action.

Le chiffre d’affaires a pour sa part reculé de 21% pour s’établir à 101,2M$, comparativement à 127,5M$ à pareille date l’an dernier.

Le manufacturier explique que le contexte a été particulièrement difficile dans la catégorie des jouets, où les ventes ont chuté de 24%. Le recul des recettes a été de 3% dans le secteur papeterie.

La société souligne aussi que la comparaison avec les résultats du quatrième trimestre de 2012 était difficile, étant donné les excellents chiffres publiés l’an dernier.

Pour l’ensemble de l’exercice, les revenus de Mega Brands ont fléchi de 4%, tandis que le bénéfice net a augmenté de 25%.

Rappelons que Mega Brands a accepté une offre d’achat de 460M$ du géant américain Mattel, qui fabrique notamment les poupées Barbie. Lisez notre texte pour les détails et Mega Brands: les trois principaux gagnants de la vente à Mattel

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour le 13/12/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

13/12/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

13/12/2019 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?