Les stocks de brut américain chutent pour une 4e semaine d'affilé

Publié le 11/09/2019 à 10:54, mis à jour le 11/09/2019 à 11:47

Les stocks de brut américain chutent pour une 4e semaine d'affilé

Publié le 11/09/2019 à 10:54, mis à jour le 11/09/2019 à 11:47

Par AFP

(Photo: 123RF)

Les stocks de pétrole brut ont reculé pour la quatrième semaine de suite aux États-Unis selon les chiffres publiés mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 6 septembre, les réserves commerciales de brut ont chuté de 6,9 millions de barils pour s’établir à 416,1 millions, là où les analystes interrogés par l’agence Bloomberg anticipaient une baisse de 2,9 millions de barils.

Ce recul supérieur aux attentes est notamment dû à une légère accélération de la cadence des raffineries, qui ont fonctionné en moyenne à 95,1 %, contre 94,8 % la semaine précédente, de leurs capacités, et par une baisse des importations (6 725 millions de barils par jour contre 6 904 mbj la semaine précédente). 

Les stocks d’essence ont eux baissé de 700 000 barils, alors que les analystes anticipaient une baisse de 1 million de barils. Les réserves d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont en revanche progressé de 2,7 millions de barils, là où les analystes prévoyaient une baisse de 900 000 barils.

Le cours du baril de brut à New York, en légère hausse avant la publication du rapport, se tassait à 57,30 dollars (-0,1 %) aux alentours de 10h50.

Également scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma) ont, eux, reculé de 800 000 barils à 39,3 millions de barils.

À la une

FNB: trois idées d'experts pour un contexte incertain

Ils n'anticipent pas de récession, mais prône la prudence.

En attente du marché baissier?

BLOGUE INVITÉ. En fait, sommes-nous vraiment dans un marché haussier qui bat des records de longévité?

Les régimes de retraite et les profits, plus liés que jamais

BLOGUE INVITÉ. La profitabilité des entreprises influence plus que jamais les régimes de retraite.