Les exportations devront remplacer les cartes de crédit, plaide Mark Carney

Publié le 21/05/2013 à 16:49, mis à jour le 21/05/2013 à 17:29

Les exportations devront remplacer les cartes de crédit, plaide Mark Carney

Publié le 21/05/2013 à 16:49, mis à jour le 21/05/2013 à 17:29

Par Stéphane Rolland

Mark Carney, le gouverneur de la Banque du Canada [Photo : Bloomberg]

L’économie canadienne ne peut plus se reposer sur l’endettement des ménages (à un record de 165% de leur revenu disponible). C’est au tour des exportations d’alimenter la croissance, a plaidé Mark Carney, le gouverneur sortant de la Banque du Canada, lors d’un discours d’adieu prononcé à Montréal mardi.

>>>Carney: sans réforme, l'Europe va stagner

« Nous ne pouvons pas indéfiniment compter sur l’augmentation des emprunts des ménages canadiens par rapport à leurs revenus pour alimenter l’expansion économique, a-t-il prévenu. Et la part de l’investissement résidentiel dans le PIB ne peut pas non plus continuer de frôler un sommet, surtout compte tenu des signes de surconstruction et de surévaluation observés dans certains segments du marché immobilier. »

Les entreprises devront inévitablement venir en renfort tandis que les ménages et les gouvernements tenteront de réduire leur endettement. «C’est pourquoi le défi pour le Canada consiste à déplacer les sources de la croissance vers les exportations nettes et les investissements des entreprises », a ajouté le banquier central.

S’il a vanté la performance du Canada par rapport aux autres économies développées, M. Carney reconnaît que de nombreux défis se trouvent sur la voie de la prospérité. Il estime que les exportations canadiennes sont insuffisantes de 130 G$.

« La performance des exportations est la pire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, constate-t-il lors d’un point de presse en marge de son allocution. C’est un grand écart par rapport au niveau où nous devrions être si on avait assisté à une reprise normale. »

Le plaidoyer en faveur des exportations survient quelques jours avant la passation des pouvoirs à un spécialiste de la question. C’est Stephen Poloz, l’ancien pdg d’Exportation et développement Canada (EDC), qui prendra le relais à partir du 3 juin. M. Carney, pour sa part, traverse l’Atlantique pour diriger la politique monétaire de la Banque d’Angleterre.

À la une

C'est votre plus grand risque d'affaires, mais vous refusez de le voir (2)

09:00 |

ANALYSE. Un nombre grandissant d'investisseurs et d'entreprises disent que le risque climatique doit être LA priorité.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

09/09/2021 | Les Affaires

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

L'inspection et une garantie légale de qualité bientôt obligatoires?

17/09/2021 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate.