Les entrepreneurs divisés face à la reprise

Publié le 04/11/2009 à 12:10

Les entrepreneurs divisés face à la reprise

Publié le 04/11/2009 à 12:10

Par Olivier Schmouker

Les Québécois figurent parmi les moins optimistes. Photo : Bloomberg.

Reprise, ou pas? Les entrepreneurs canadiens sont partagés à ce sujet : un sondage indique que la confiance en l’avenir des dirigeants de PME décline, alors qu’un autre affirme qu’il bondit…

Ainsi, l'optimisme des petites et moyennes entreprises (PME) a marqué un léger recul en octobre, selon un sondage de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). Son indice intitulé le Baromètre des affaires est en effet tombé au Canada à 67 en octobre, contre 68,7 le mois précédent. La chute est encore plus forte au Québec puisqu’il est passé de 64 à 60,4 en l’espace d’un mois.

L'indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s'attendent à de meilleurs résultats pour les 12 prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. Selon de précédents résultats, l'indice est normalement compris entre 65 et 75 en période de croissance économique.

Pourquoi un tel recul, alors que nombre de médias parlent de reprise économique à tout bout de champ? Vraisemblablement parce que les secteurs de la fabrication et des seervices personnels, notamment au Québec, craignent d’assister plutôt à une rechute dans les mois à venir, selon Richard Fahey, premier vice-président, développement stratégique, de la FCEI. À cela s’ajouteraient des inquiétudes pour les entreprises exportatrices liées à l’envolée rapide du huard par rapport au billet vert, ajoute-t-il.

En conséquence, les entrepreneurs québécois ne prévoient guère d’embaucher dans les prochains mois, y compris à temps partiel. En effet, les trois quarts des dirigeants de PME ne prévoient aucun changement en terme d’emploi, 12% licencier du personnel permanent et 8% se séparer d’employés à temps partiel.

La prudence est de mise

En revanche, le Conference Board du Canada croit que l’optimisme est revenu à fond de train parmi les entrepreneurs canadiens durant le troisième trimestre. Son Indice de confiance dans le milieu des affaires a enregistré un bond de 15,9 points, à 97,8 par rapport au trimestre précédent (le niveau de référence de 100 correspond à l’année 2002). Il atteint ainsi son plus haut niveau depuis 2007, à savoir le début de la crise financière mondiale.

Il semble que la diffusion d’indicateurs économiques encourageants pour le Canada ait donné du baume à leur moral. Par exemple, 63% des entrepreneurs interrrogés croient que la situation économique du pays va aller en s’améliorant dans les six prochains mois, et seulement 7% qu’elle va se détériorer.

Idem, le pourcentage de ceux qui croient que la situation financière de leur entreprise va s’améliorer dans les prochains mois a progressé en trois mois de 20 points de pourcentage, à 61%.

Mais une certaine prudence règne encore. Personne ne veut s’emballer trop vite, et relancer ses activités avant que la reprise n’ait véritablement pris forme. Ainsi, seulement 16% des entrepreneurs canadiens prévoient accroître leurs investissements à court terme…

PLUS : Consultez le rapport de la FCEI

PLUS : Consultez le rapport du Conference Board

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

BLOGUE INVITÉ. Cette innovation financière pourrait constituer une source d'opportunités pour les investisseurs valeur.

Comment définir le risque?

BLOGUE INVITÉ. Parfois, ce qui compte vraiment n’est pas toujours facile à comptabiliser!

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour à 14:36 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.